Quatre ténors des communautés de Lachine et Dorval ont pris les devants en convoquant la presse, lundi dernier, à la Maison du brasseur de Lachine, dans le but de faire renverser l’intention du ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, de ramener l’Hôpital de Lachine dans le giron du Conseil de santé et de services sociaux (CSSS) Dorval-Lachine-LaSalle.

Ces quatre personnalités: le député de Marquette, François Ouimet, les maires Claude Dauphin (Lachine) et Edgar Rouleau (Dorval) et le président de la Fondation de l’Hôpital de Lachine, Jacques Filion, se sont assurés de l’appui de plusieurs Lachinois et Dorvalois engagés afin de s’assurer par tous les moyens que l’Hôpital de Lachine demeure au sein du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Comité pour la sauvegarde de l’Hôpital de Lachine

Les membres de que l’on appelle déjà le «Comité pour la sauvegarde de l’Hôpital de Lachine du CUSM», affirment qu’il n’y a eu aucune consultation gouvernementale quant à l’avenir de l’hôpital. Ils réclament le versement des 63 millions de dollars promis pour la modernisation du centre hospitalier.

D’ailleurs, selon le député de Marquette, François Ouimet, le gouvernement libéral précédent s’était déjà engagé par contrat à octroyer une subvention de 63 millions de dollars à l’Hôpital de Lachine du CUSM, permettant de faire d’importants travaux afin d’offrir des soins primaires et secondaires et de devenir un centre d’excellence provincial en chirurgie bariatrique, en gériatrie et en ophtalmologie. «Pourtant, le nouveau gouvernement péquiste laisse planer un doute quant à la réalisation de ce projet de rénovation de l’hôpital», a affirmé Me Ouimet.

«J’avais rencontré, avec les intervenants du milieu, le sous-ministre du ministère de la Santé, Jacques Cotton. Il avait pris soin de nous rassurer et il nous avait certifié que le processus était irrévocablement engagé. Je ne comprends donc pas pourquoi le gouvernement remettrait en question ses engagements contractuels», a ajouté le député de Marquette.

François Ouimet, – qui n’a pas hésité à utiliser le mot «cauchemar» pour rappeler les années difficiles de l’hôpital avant son rattachement au CUSM -, croit que le ministre péquiste de la Santé, Réjean Hébert, fait fausse route. Il soutient que des améliorations majeures ont été apportées aux soins offerts aux patients depuis 2008, date à laquelle, par signature d’une entente formelle, l’hôpital a été officiellement rattaché au CUSM. De plus, selon Me Ouimet, «la langue n’a jamais posé problème dans cet hôpital communautaire francophone rattaché à une université anglophone».

Le président du conseil d’administration de la Fondation de l’Hôpital de Lachine, Jacques Filion, est également en faveur du maintien de l’affiliation de l’Hôpital de Lachine au CUSM. Selon lui, la proposition du ministre est «la pire solution à un problème non existant».

Lettres au ministre et pétition

Notons que les coprésidents du comité, les maires Dauphin et Rouleau, ont écrit au ministre Hébert pour lui demander de revenir sur sa décision. Ils invitent également les usagers à signer une pétition pour appuyer leurs démarches (voir autre texte en page 5).

De plus, à la suite de la conférence de presse du 14 janvier dernier, les quatre porte-parole nommés plus haut ont convenu d’envoyer une lettre commune au ministre Hébert pour lui demander de fixer une rencontre conjointe afin de lui exposer l’historique de l’hôpital, et cela depuis 2003.

Dans une lettre ouverte, le Comité des usagers du CUSM demande aussi au ministre Hébert de renoncer à retourner l’hôpital lachinois sous l’administration du CSSS Dorval-Lachine-LaSalle.

En entrevue à la Presse Canadienne, l’attachée de presse du ministre Hébert, Ariane Lareau, a affirmé que le transfert de l’Hôpital de Lachine au CSSS Dorval-Lachine-LaSalle n’était «pas une certitude mais une possibilité» et qu’il y aura consultation auprès des partenaires de la communauté.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!