À Lachine, le problème des maisons abandonnées exaspère certains résidants. Dans le quartier Saint-Pierre, deux bâtiments en piètre état depuis environ un an, dérangent.  Alors que l’arrondissement procèdera éventuellement à un inventaire, les propriétaires avoisinants voudraient bien que les choses changent.

Le bâtiment situé au 141, avenue Duranceau est clôturé. Il ne reste plus que les vestiges du bungalow aujourd’hui placardé. Les mauvaises herbes envahissent le terrain où se trouvent ici et là des débris du garage adjacent qui a été démoli l’an dernier.

«Ça m’inquiète en tant que propriétaire. Imagine si le feu prend là-dedans, c’est pratiquement collé sur nous», se préoccupe Denise Trahan, une voisine.

La propriété est à vendre pour 109 000$ depuis que l’entrepreneur qui l’avait acquis pour y construire deux résidences familiales est tombé malade. «On se demande pourquoi l’arrondissement n’a rien fait depuis le temps que ça traîne», s’interroge Mme Trahan.

Avenue Ouellette
À environ 100 mètres de là, un bâtiment sur l’avenue Ouellette est aussi inoccupé et en mauvais état. Des travaux de rénovation ont été interrompus en août 2014, faute de permis.

«La ville n’a pas accepté les deux premières versions de nos plans. Elle ne veut pas qu’on bâtisse un deuxième étage, pourtant d’autres immeubles du quartier en ont», soutient le propriétaire, Husham Alhusinawi.

«C’est certain que ce n’est pas sécuritaire, des gens pourraient facilement aller squatter là», indique Bertrand Denis, un voisins.

Lors du passage de TC media, on pouvait voir des déchets joncher le terrain, allant d’un bain à des parechocs d’auto. Il était facile d’accéder à l’intérieur, qui est dénudé. Des structures de murs démontrent une construction inachevée. Faute de toit, la pluie a endommagé les matériaux.

Un autre voisin, Réal Chevrier, est préoccupé pour la sécurité des enfants du quartier. «Le mur est ondulé, il pourrait leur tomber dessus.» M. Chevrier affirme aussi avoir vu un chat sortir de la maison avec un rat dans sa gueule.

M. Alhusinawi se défend. «Mon logement ne dérange pas, je vais voir si tout va bien presque tous les jours. Ce n’est pas mon problème si les enfants des autres viennent y jouer.»

Recours légaux
L’avocat immobilier, Benoit Aubertin, affirme que «les citoyens ne peuvent pas intenter de recours contre les propriétaires des immeubles problématiques, puisqu’ils n’ont pas subi de dommages. Un constat d’infraction doit venir de l’arrondissement, puisqu’il s’appuie sur la réglementation municipale.»

L’arrondissement a cependant un pouvoir discrétionnaire. «Ça peut paraître aberrant, mais la ville n’est pas obligée d’émettre un constat d’infraction. Par exemple, si elle sait que le propriétaire en question va vendre bientôt», explique Me Aubertin.

L’administration de Lachine suit de près les cas d’immeubles abandonnés ou en mauvais état. «Les dossiers sont en chantier», a indiqué l’attaché politique du maire, Denis Gaumond. Comme ces maisons ne se limitent pas qu’au quartier Saint-Pierre, une liste de priorités sera établie.

Valeur immobilière
La valeur des maisons du quartier ne serait pas affectée selon le courtier immobilier de Remax à Lachine, Philippe Morin. «Ce sont deux terrains où il y aura des projets de développement. Tant que ce n’est pas fait, c’est certain que la maison voisine sera plus difficile à vendre», estime-t-il.

Il a été impossible d’obtenir le nombre exact d’immeubles abandonnés ou en mauvais état à Lachine.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!