Un imposant cortège de taxis s’est rendu au centre-ville de Montréal pour à nouveau manifester contre le laxisme du gouvernement dans le dossier Uber, vendredi après-midi. Aucun projet de loi n’a encore été déposé, pourtant attendu à la fin mars.

Le gourvernement peut s’attendre à plus de manifestations, de plus grande envergures jusqu’à ce qu’il accepte d’écrire une loi qui nous redonnerait nos droits et nous rendrait justice», a affirmé le porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos), Benoit Jugand.

N’ayant pu obstruer les accès de l’aéroport Montréal-Trudeau comme prévu en raison d’une injonction, les chauffeurs de taxis et de limousines ont plutôt opté de manifester bruyamment devant le bureau du premier ministre, Philippe Couillard.

«C’est un peu étrange que nous demandions une injonction contre Uber depuis deux mois et qu’elle ne nous soit pas accordée et qu’ADM obtienne la sienne en moins d’une semaine», a ajouté M. Jugand.

Important convoi
Ils étaient près de 400, appuyés par le député de Québec solidaire, Amir Khadir, et la péquiste Martine Ouellet, à s’être d’abord rassemblés au Technoparc de Saint-Laurent peu avant 14h.

«Pendant ce temps-là, des taxis illégaux sillonnent les rues de Montréal et les chauffeurs agréés perdent des revenus. On sait maintenant que M. Couillard est le seul responsable qui continue à tolérer la situation. Le minimum c’est qu’il fasse cesser les activités d’Uber pendant qu’on étudie la loi, tel qu’on l’avait demandé en commission parlementaire», soutient M. Khadir.

Le convoi s’est ensuite lentement rendu sur l’avenue McGill College. Tour à tour, les chauffeurs ont utilisé un porte-voix pour s’adresser au premier ministre Couillard.

«On est tannés d’attendre! Moi je perds de l’argent et vous ne faites rien M. Couillard», s’est écrié Shahram Shawnfar, un chauffeur de taxi depuis 17 ans. Le père de deux enfants affirme que son revenu a diminué de 60$ à 70$ par jour depuis l’arrivée du service de covoiturage Uber.

«Il faut agir, dit M. Shawnfar. On n’est pas en train d’envoyer une fusée sur la lune. C’est pourtant simple!»

Simultanément, environ 150 taxis de Québec ont également tenu un rassemblement.

Vidéo virale
En réponse aux manifestations, Uber a publié sur YouTube une vidéo qui est rapidement devenue virale sur le Web. Le directeur général pour le Québec, Nicolas Guillette, y affirme que les taxis ne cherchent pas de solutions et limitent le choix des consommateurs.

La compagnie a aussi publié un sondage Léger où 75% des 500 répondants interrogés à Montréal disent croire que le gouvernement devrait réglementer les activités d’Uber pour lui permettre de poursuivre ses opérations.

Le RTAM-Métallos, qui compte près de 4000 membres, a entamé des procédures afin de déposer un recours collectif contre le gouvernement du Québec et Uber.

En collaboration avec Sara King-Abadi

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!