Presque 30 ans après avoir tapé son premier mot comme rédacteur en chef pour le Messager Lachine et Dorval, Robert Leduc a déposé sa plume le 20 mai. Rapidement devenu un membre à part entière des communautés qu’il desservait, le campivallencien d’origine s’est démarqué aussi auprès de ses collègues par ses connaissance des domaines littéraires et artistiques.

« Il était comme une encyclopédie, il connaissait tous les acteurs, tous les films. Il avait étudié en littérature et son français est impeccable, je me référais souvent à lui lorsque j’avais des doutes », explique Pierre Boulanger, journaliste pour le Messager LaSalle, aujourd’hui devenu un ami.

André Desroches, de la Voix Pop, l’a aussi connu dès ses débuts chez Cogeco, qui a été acquis en 1996 par TC Media. Il raconte que les deux hommes aimaient se lancer de petits défis pour se divertir.

« Je lui envoyais quelques paroles d’une chanson et, sans faute, il l’identifiait. Robert pouvait me la chanter du début à la fin, sans hésitation », dit-il.

Une référence pour ses pairs
Le domaine journalistique est en constante évolution, notamment en raison des nombreux changements technologiques. Au fil des ans, en plus des aléas du métier, Robert Leduc a vécu les restructurations, la succession de direction et mouvements de personnel, les changements d’orientation et surtout, plusieurs déménagements.

« Il a débuté dans le bureau de la rue Notre-Dame, à Lachine, puis il est allé dans l’Ouest, puis à Verdun, pour finalement arriver ici, au bureau de la rue Fénelon, à Dorval. Il a déménagé tellement souvent qu’à la fin il ne défaisait même plus ses boîtes », lance en rigolant M. Boulanger.

Robert Leduc a aussi laissé sa marque chez les plus jeunes, comme Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, qui l’a connu l’an dernier alors qu’elle en était à ses premières armes en journalisme.

« C’était un peu comme notre grand-papa. Il avait toujours un bon mot pour tout le monde, chaque jour un compliment. Si on avait une question sur Montréal, on savait où aller », confie-t-elle.

Il apportait beaucoup d’entrain et de bonne humeur dans la salle de nouvelles. « Il sonnait l’heure de la collation avec ses biscuits qu’il distribuait à ceux qui avaient un petit creux. Il était toujours très généreux », souligne Catherine Vaillancourt, celle qui aura été sa dernière chef de contenu.

Implication
Le journaliste chevronné a su obtenir le respect des acteurs importants de Lachine et Dorval, qui gardent de lui de bons souvenirs.

Le député de Marquette, François Ouimet, avait développé une relation privilégié avec M. Leduc. Il l’avait d’ailleurs invité à l’Assemblée nationale afin de l’honorer pour son implication.

« J’ai eu la chance de le côtoyer pendant une vingtaine d’années. Acteur important de la communauté, M. Leduc a couvert de nombreux événements marquants. Sa gentillesse, son professionnalisme et sa passion pour l’écriture et la culture l’ont amené à se rapprocher des lecteurs du Messager. Je lui souhaite bon succès dans ses futurs projets. »

De son côté, le maire de Lachine, Claude Dauphin, tenait à le saluer. « Après toutes ces années à couvrir les scènes municipale, culturelle, sportive et communautaire de Lachine, je tiens à le remercier au nom des Lachinois et des membres du conseil d’arrondissement, non seulement pour son travail de journaliste, mais aussi pour son engagement auprès de la communauté. »

Bonne retraite, Robert!

Aussi dans Communauté :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!