Gratuité - Julie Deuocher Patrick Isabelle pourrait mériter un prix de 30 000$ sur la scène canadienne.

L’auteur LaSallois Patrick Isabelle pourrait recevoir un cadeau de fête hors du commun lors de son anniversaire du 1er novembre. Son livre »Camille» pourrait gagner un Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et une bourse de 30 000$.

Le roman de 320 pages raconte l’histoire d’une jeune fille victime de violence familiale. L’ouvrage est l’un des cinq candidats à l’obtention d’un prix dans la catégorie roman jeunesse.

En étant parmi les cinq finalistes de la catégorie, l’auteur, qui habite LaSalle depuis 2011 est assuré, au minimum, d’une bourse de 10 000$

S’il devait rafler le premier prix, l’auteur n’en serait pas son premier couronnement puisqu’en 2014, il a été lauréat d’un Prix jeunesse des librairies du Québec et finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général pour son roman »Eux», qui sera d’ailleurs traduit en anglais.

Histoire touchante
Avec son œuvre «Camille», Patrick Isabelle creuse le thème de la violence et nous plonge au cœur d’une famille brisée où abus et amour forment un cocktail explosif difficile à comprendre de l’extérieur.

Il raconte l’histoire de la jeune Camille, qui grandit dans un univers de tensions, de craintes et de désirs. Elle est témoin de disputes et de réconciliations de ses parents, mais est aussi la cible des excès de rage de son père.

À l’école, elle doit cacher son corps marqué, couvrir ses jambes et ses bras. Souvent, elle voudrait s’effacer, disparaître. Ces confidences sont distillées par le biais de son journal, dont les passages sont enchâssés dans le roman.

Une nuit, sa mère s’introduit dans sa chambre et, tentant de contenir sa propre panique, lui chuchote de se lever. S’amorce une fuite désespérée qui les conduira en Acadie.

Avec un cousin qu’elle n’avait jamais connu, Camille s’abandonne aux splendeurs du paysage, à la mer et à une complicité qui l’amène à se découvrir. Elle rencontre un garçon dont elle devient amoureuse.

Puis Camille disparaît. Kidnapping ? Suicide ? Fugue ?

L’auteur n’en est pas à sa première expérience avec des thèmes sensibles reliés à l’adolescence. Dans son premier ouvrage, intitulé »Eux», il illustrait le glissement à travers lequel un adolescent victime d’intimidation se transforme en loup solitaire et entre dans son école avec une arme.

Patrick Isabelle ne craint pas d’aborder de tels sujets délicats. «J’ose en parler sans filtre et Leméac ne me censure jamais. Je reçois des commentaires de jeunes filles qui vivent des situations similaires», dit l’auteur.

Gagner sa vie avec l’écriture
L’auteur de LaSalle rêve de gagner sa vie uniquement par son écriture. «C’est mon plus grand souhait, mais en attendant, je travaille à la librairie Carcajou de Rosemère», raconte-t-il.

Éditeur de Patrick Isabelle, Maxime Mongeon ne tarit pas d’éloges envers son protégé. «Je ne suis pas surpris de sa nomination car il a déjà gagné un prix avec son roman coup de poing (Eux). D’une immense sensibilité, il est productif, en plus d’être un super bon gars, agréable et ouvert».

Il prépare deux romans pour l’automne, dont un portera sur les centres jeunesse chez Leméac et l’autre chez la maison FouLire, s’adressant davantage aux jeunes de 9 à 12 ans.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus