Gracieuseté Denis Durand a déjà complété ce dur circuit cycliste à deux reprises dans le passé.

Une vilaine blessure à un pied a forcé le LaSallois de 65 ans Denis Durand à interrompre sa quatrième participation au «Tour de France randonneur à vélo», après avoir parcouru plus de 1000 des 4800 kilomètres de l’épreuve comprenant plusieurs ascensions à travers les Pyrénées et les Alpes.

L’aventurier a quitté LaSalle ler août pour rejoindre son ami français Bernard Dubois, avec qui il avait complété le tour en 2008.

Prenant le départ à Pas-des-Calais, le 2 août, les deux cyclistes ont été confrontés aux caprices de Dame Nature.

«Il n’y avait pas eu de pluie depuis des semaines et ça s’est mis à tomber comme j’ai rarement vu pendant trois jours, avec des vents de face à 80 km/h. Nous avions des journées de 200 kilomètres à compléter dans ce genre de climat», explique Denis Durand.

Comme l’épreuve se tient en bordure de la mer, l’eau était plutôt salée et les retards s’accumulaient. «Ça tombe dans les yeux et notre vision est un peu obstruée. On commençait à 8h le matin pour finir à 21h30, alors qu’on devait arriver à 18h30, en principe».

Il y a peu de terrains plats dans cette région. «On avait des espèces de Mont-Royal à monter et ça s’est attaqué à mon nerf du talon, qui relie le tendon d’Achille aux orteils. Mon pied s’est mis à enfler drastiquement et j’ai pris la décision de quitter», dit le LaSallois.

L’esprit d’équipe
Conscient qu’il restait plus de 3800 km à parcourir, Denis Durand n’avait pas d’autres options. «Une fois les kilomètres longeant les côtes franchies, on entre dans les Pyrénées et on attaque la chaîne de montagnes au complet. Après Marseille, ce sont les Alpes. C’est 200 km et plus par jour, sept jours sur sept», explique le cycliste de 65 ans.

Pour le LaSallois, il était impossible de poursuivre dans les circonstances. Son partenaire n’a pas hésité à abandonner à son tour.

«En deux minutes, il m’a dit qu’on remettait ça pour 2017. J’aurais fait la même chose pour lui», dit M. Durand.

Un beau geste de solidarité, d’autant plus que Bernard Dubois a déjà franchi ce parcours à six reprises. «Le circuit est corsé et c’est mieux de le faire à deux. En 2002, un homme seul a chuté dans un fossé et il a fallu beaucoup de temps pour le retrouver».

Cette épreuve d’endurance à vélo existe depuis 1959 et comporte l’ascension de 51 cols de montagne. Denis Durand l’a déjà complétée à deux reprises.

Retour
Depuis son retour, son état s’améliore. «Je vais recommencer à pédaler sur mon vélo stationnaire avec aucune tension et voir comment la blessure va réagir. Je ne suis pas le genre à prendre des médicaments», explique le natif de Grand-Mère qui habite LaSalle depuis trois ans.

Entraîneur de sport d’endurance à son compte, il s’implique auprès de la Maison des jeunes de LaSalle, avec l’objectif de mettre sur pied un club de vélos pour les membres de cet organisme.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus