Stephanie Colvey Sur la photo, Léopold Turgeon, le PDG du Conseil québécois du commerce de détail, lors d'une activité du 20 octobre appelée «La nouvelle réalité du commerce de détail et sa vitalité». À ses côtés, Jean-Francois Gosselin de Concertation Montréal.

Les détaillants de Grand Sud-Ouest disposeront, à compter de février, d’un nouvel outil pour faire fructifier leurs ventes, grâce à une formation les épaulant dans la prise du virage du commerce électronique.

«Pour une fois, on développe une opportunité pour les petits commerçants qui ne sont pas laissés pour compte», explique Bernard Blanchet, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest (CCISOM), qui est derrière le projet-pilote.

Le programme proposera aux participants des apprentissages en classe au cégep André-Laurendeau et en milieu de travail.

L’objectif est de lancer le projet au début de l’année 2017. «On attache tout d’ici la fin de l’année et on commence en février», explique Bernard Blanchet.

Des subventions seront offertes aux détaillants et la formation sera subventionnée en majeure partie. Idéalement, l’objectif est de financer tout le programme.

Dans une seconde phase, les détaillants devront s’associer à une plateforme web transactionnelle, comme «Shopping.ca», «e.Bay» et autres.

La Chambre prépare ce dossier depuis un an. «La stratégie numérique et le commerce en ligne sont essentiels. S’ils veulent être compétitifs, les commerçants doivent le faire, mais souvent, ils n’ont ni le temps, ni les ressources», selon le président de la CCISOM.

Formation
Pour l’occasion, le cégep André-Laurendeau a créé un programme de marketing électronique portant sur la vente en ligne.

La formation en classe permettra aux participants d’apprendre les connaissances théoriques qui composent les compétences requises pour amorcer le virage numérique.

La formation en entreprise aidera à compléter leur formation théorique par des ateliers pratiques dans lesquels ils pourront expérimenter tout en étant encadré par un formateur qui interviendra directement en milieu de travail.

«L’objectif est d’avoir un accompagnement continue. S’ils ont besoin d’un comptable, d’un notaire ou d’un avocat, des personnes ressources pourront les dépanner», dit M. Blanchet.

L’organisme travaille avec Léopold Turgeon, président directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, Jean-Francois Gosselin de Concertation Montréal, Frédéric Viossat du cégep André-Laurendeau et Martin Graton de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Rattrapage
L’initiative prise par la CCISOM va répondre à un besoin bien présent. «On est très en retard au Québec sur le commerce en ligne», constate Carl Charest, co-fondateur et créateur de l’agence «Letube.tv».

Toutefois, le programme n’est pas la solution à tous les défis auxquels sont confrontés les marchands. «Il n’y a pas de garantie de succès mais il faut commencer quelque part pour rattraper notre retard. Ces gens ont besoin d’aide et il y a énormément d’entreprises pour les aider à créer des commerces en ligne, à peu de frais», observe M. Charest.
Le territoire concerné englobe les arrondissements de LaSalle, Sud-Ouest, Lachine et Verdun et compte 360 entreprises membres.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus