Gracieuseté-SPVM Glen Crossley est un citoyen de Kirkland. Il s'est rendu lui-même aux autorités le 9 janvier afin de faire face à l'accusation d'homicide involontaire le visant.

Une libération conditionnelle à 10000$
Glen Crossley, l’homme de 46 ans accusé de l’homicide involontaire d’un septuagénaire dans un bar de Lasalle en 2016, a obtenu mercredi sa remise en liberté sous plusieurs conditions, dont un dépôt de 10000$.
Un couvre-feu et une interdiction de contacter une liste de témoins potentiels font également partie des nombreuses conditions auxquelles Crossley doit maintenant se soumettre.
L’avocat de l’accusé, Me Gilbert Frigon, assure que la remise en liberté de son client n’affecte pas la sécurité du public. Il n’y avait d’ailleurs aucune objection de la part de la Couronne à cet effet.
L’événement pour lequel Crossley est accusé s’est produit le 17 septembre 2016 alors qu’un homme de 70 ans, Albert Arsenault, a perdu la vie à l’intérieur du bar Station 77 à LaSalle. Une chute serait à l’origine du décès.
Le décès avait d’abord été traité comme un accident. L’autopsie de la victime, ainsi que des informations recueillies au cours de l’enquête policière ont permis aux enquêteurs de la Division Ouest et des Crimes majeurs de poser des accusations contre Crossley, selon de SPVM (Service de police de la ville de Montréal).
Plusieurs médias ont par ailleurs rapporté que des membres de la famille de la victime auraient mené leur propre enquête, allant jusqu’à visionner les vidéos de surveillance du bar de la rue Newman.
Glen Crossley a déjà été condamné en 1992 à dix mois de prison pour un homicide involontaire survenu à la sortie d’un bar. Il avait à ce moment foncé en voiture sur l’athlète olympique Victor Davis.
Glen Crossley sera de retour en cour le 30 mars pour la suite des procédures dans son dossier.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!