TC Media - Archives Au Québec, on retrouve un total de 20 photo-radars fixes, comme celui de la route 138, à LaSalle.

Sans tambour ni trompettes, le radar photo situé sur la route 138 en direction nord, à la sortie du pont Mercier, a finalement repris du service le 27 décembre 2016, après quatre mois d’inactivité. Il s’agirait, selon Québec, du seul à avoir connu des problèmes au point d’être mis hors service.

L’appareil avait fait la manchette en décembre alors que TC Media avait révélé que Québec avait été forcé d’en interrompre le fonctionnement, depuis août, en raison de son incapacité à détecter les véhicules adéquatement.

Le fabricant a donc dû procéder à une mise à jour du logiciel, ce qui a permis de remettre le cinémomètre, situé juste après le viaduc Airlie, en fonction à la fin du mois de décembre 2016.

Québec s’était attiré les foudres de certains observateurs à ce moment alors qu’aucune indication n’avisait les automobilistes de la défectuosité du cinémomètre.

«Mettre ou enlever des pancartes de signalisation entraîne des coûts, justifie le porte-parole. Comme nous savions que la période d’inactivité serait courte, nous avons décidé de ne pas couvrir les pancartes afin de ne pas engendrer de frais supplémentaire dû à l’inactivité du radar», explique Martin Girard porte-parole du MTQ

Ce dernier ajoute qu’«aucune mesure n’a été prise pour éviter la confusion des gens qui passent souvent dans le secteur».

34 000$ en six mois
Les chiffres les plus récents publiés par Québec pour le mois de décembre 2016 révèlent que l’appareil a remis un total de 199 contraventions au cours de la dernière année.

Dans les semaines suivant son entrée en fonction le 14 juillet, le photo-radar avait permis d’épingler 178 automobilistes qui roulaient à une vitesse supérieure à la limite permise de 70 km/h dans le secteur.

De sa remise en service jusqu’à la fin du mois de décembre, le cinémomètre fixe a épinglé 21 automobilistes de plus.

Le total des amendes générées par l’équipement dans l’année est de 33 862$, et ce, malgré le fait que l’appareil n’ait généré aucun revenu pendant quatre mois.

Comportement
Le but de l’implantation des radars photo, selon le site du MTQ, est de modifier le comportement des automobilistes. La présence de l’appareil sert à les faire ralentir afin de réduire le nombre d’accidents, de blessés et de décès sur les routes du Québec.

«Si les gens ralentissent ou évitent les manœuvres dangereuses, le but est atteint. Si on cache la signalisation ou qu’on annonce qu’aucun billet d’infraction ne sera distribué, on perd l’effet désiré des radars photo» souligne M. Girard. C’est donc pour cette raison que nulle part on ne fait mention de la défectuosité de l’appareil.

Au Québec, les photo-radars fixes installés en bordure des routes ont remis en 2016 plus de 530 000 contraventions pour une somme dépassant les 65 M$.

Pendant ce temps, les appareils mobiles ont remis plus de 300 000 constats pour un montant surpassant les 46 M$.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!