TC Media - Hugo Lorini Le député de Marguerite-Bourgeoys, Robert Poëti, ainsi que la mairesse de LaSalle, Manon Barbe, étaient parmi les dignitaires présents lors de l'inauguration officielle des nouveaux locaux du Groupe des Aidants.

En pleine expansion, le Groupe des Aidants du Sud-Ouest pourra désormais offrir un meilleur service grâce à ses nouvelles installations. Installé dans la même bâtisse que le CLSC LaSalle, sur le boulevard Newman, l’organisme devrait élargir aussi le territoire qu’il dessert.

Ville-Émard, Côte-St-Paul, Saint-Henri, Petite Bourgogne et Griffintown seraient ajoutés au printemps si la subvention demandée est octroyée.

«Nous sommes l’un des rares organismes s’adressant spécialement aux proches aidants de personnes de 50 ans et plus à Montréal», explique le directeur, Luc Chulak.

Avec l’aide gouvernementale, il souhaite ajouter un employé à temps partiel aux quatre déjà en poste.

L’an dernier, l’association est intervenue auprès de 375 aidants de LaSalle, Lachine, Verdun et Dorval.

Récemment entré en poste, M. Chulak constate que «les gens qui viennent sont souvent sur le bord de craquer. Ils ont besoin d’évacuer leur soupape et de trouver du répit».

Découragement
«Il y a des moments où j’aurais envie de me sauver, mais je ne suis pas lâcheuse», raconte Jeannine Pouliot Gilbert.

Voilà 33 ans que la résidente de L’Île-des-Sœurs prend soin de son mari, aujourd’hui âgé de 86 ans. «Il n’est pas paralysé, mais a eu un accident vasculaire cérébral. C’est de l’aphasie. Il ne peut ni lire ni écrire, comprend difficilement et vit à travers moi», dit-elle.

La dame 84 ans a pu obtenir du soutien fort utile grâce, entre autres, à un atelier qui lui a donné les outils pour être en mesure de continuer son travail.

Mme Gilbert souhaite fréquenter plus souvent le Groupe des aidants pour lui donner la motivation de continuer.

Pour sa part, Diane, qui préfère taire son nom de famille, s’occupe de son époux depuis quatre ans et visite souvent le Groupe des Aidants. «Je cherchais du soutien et des rencontres personnelles. C’est un organisme tellement bon pour des gens comme moi. C’est très demandant au niveau de la santé mentale», confie-t-elle.

Une reconnaissance officielle du gouvernement mériterait d’être octroyée aux proches aidants, croit la présidente du conseil d’administration, Denise Brault. «Des gens laissent leur travail pour prendre soin de quelqu’un et devraient être rémunérés», soutient-elle.

Demande grandissante
L’organisme, qui dispose d’un budget de fonctionnement de 200 000$, enregistre une hausse de 10% à 20% de ses interventions annuellement depuis 2013 et compte actuellement 165 membres.

Les nouveaux locaux, inaugurés lundi à LaSalle, permettent de tripler la superficie dont le Groupe des Aidants disposait.

Créé en 1995, il offre du soutien psychosocial sur place ou par téléphone, des informations sur les ressources disponibles ainsi que de la formation par des conférences et des ateliers.

«Plusieurs aidants sont gênés de demander de l’aide, mais ici, ils ne sont pas jugés», explique Mme Brault.

Les services bilingues dispensés en semaine sont gratuits.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!