Isabelle Bergeron Louise Lemieux Bérubé en pleine action.

Louise Lemieux Bérubé, une des premières femmes conseillères municipales à LaSalle aussi connue comme pionnière dans la réalisation d’œuvres tissées électroniquement vient de recevoir le titre de «Bâtisseuse de la cité 2017», un honneur qui signale l’apport d’une femme dans chaque  arrondissement montréalais.

«Belle marque de reconnaissance pour mon implication à LaSalle. J’y ai passé près de 50 ans de ma vie et je suis vraiment touchée. C’est très stimulant puisque j’aurai 74 ans en avril», dit celle qui habite maintenant l’Ile-des-Sœurs.

Sa candidature comme Bâtisseuse de la cité a été présentée par la corporation du centre Henri-Lemieux. Selon Marie-Christine Leboeuf, présidente du conseil d’administration, «qu’il s’agisse de son implication dans les organismes et sa persévérance pour bâtir des œuvres inédites, elle ressort comme une personnalité disponible, une artiste de très grand talent».

Au conseil d’arrondissement du 6 mars, le conseiller Richard Deschamps a rendu hommage à son ex-collègue. «C’est l’une des premières personnes qui s’est occupée de l’aspect culturel à LaSalle comme élue pendant plusieurs années. Il y a beaucoup d’art public dans l’arrondissement dont elle a été l’initiatrice», a dit M. Deschamps.

19 femmes ont reçu ce titre en 2017 à Montréal.

Politique
Membre du parti Action civique, Louise Lemieux Bérubé a été élue conseillère municipale en 1983 et est demeurée en poste à jusqu’en 1995.

Parmi ses réalisations figurent la fondation du centre Henri-Lemieux en 1987 et sa présence au conseil d’administration jusqu’en 2014, comme présidente et vice-présidente.

Ce projet a permis d’offrir une garderie et des services aux aînés. Trente ans plus tard, le Centre abrite toujours la garderie  L’Aventurlure, qui fournit 45 places à tarifs réduits, et des services aux aînés par le Centre du Vieux Moulin.

Mme Lemieux-Bérubé a participé à la mise sur pied d’une garderie au Cégep André-Laurendeau. Elle s contribué au programme de rénovation domiciliaire du Village des Rapides et dans l’aménagement de la salle de spectacle André-Laurendeau, devenue la Salle Jean-Grimaldi, puis le Théâtre Desjardins.

Femme active
À la retraite depuis quatre ans, Louise L. Bérubé est encore active. «Je fais de l’enseignement à la pige et j’ai l’impression de travailler plus fort qu’avant. Je fais de la gravure et ça garde mon attachement à LaSalle avec l’Association des artistes».

Elle produit des livres d’artistes. «Mon premier est à la Bibliothèque Nationale et en avril, je recevrai le prix St-Denis Garneau pour un livre. Ça signifie que je n’ai pas fini de créer et ça m’encourage», dit-elle.

Ses œuvres lui ont valu plusieurs bourses et prix lui permettant de représenter le Québec au Japon, en Chine, en Argentine, en France, en Finlande et aux États-Unis.

Elle a travaillé avec des chorégraphes pour réaliser une vingtaine d’œuvres textiles dont le sujet est la danse et le mouvement.

Au fil des ans, elle s’est impliquée  au Centre des textiles contemporains de Montréal et est cofondatrice du Centre des textiles contemporains de Montréal, qu’elle a dirigé jusqu’en 2012.

Évidemment, elle se consacre toujours à sa passion de tisser, qui lui a  permis d’être finaliste au prix d’excellence Saidye Bronfman en 2005, un des prix les plus prestigieux en arts visuels.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!