Gratuité Voici à quoi ressemblait l'avenue Orchard

Une  femme handicapée qui habite l’avenue Orchard a dû attendre six jours après la tempête record du mois de mars pour que son stationnement réservé soit enfin déneigé. C’est la deuxième fois en deux ans que ce genre de situation se produit.

C’est un citoyen de l’avenue Orchard, Steven Laperrière, qui a révélé cette histoire pendant la période de questions du dernier conseil de ville de LaSalle, le 3 avril.

Il a déploré que dans le secteur de sa rue, les trottoirs ont été nettoyés six jours plus tard, tout comme l’espace réservé à une personne handicapée. Cette même personne s’était d’ailleurs vue privée de son espace de stationnement pendant huit jours à la suite d’une importante tempête le 29 décembre 2015.

«N’importe quoi»
Appelée par TC Media à commenter l’affaire Linda Gauthier, présidente du Regroupement  des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) qualifie la situation d’«inacceptable».

La femme, qui se souvient de la situation s’étant produite au même endroit l’année dernière tranche que «finalement, il n’y a pas d’amélioration dans LaSalle et ce n’est pas plus acceptable. LaSalle fait encore partie du Québec et ce n’est pas dans le fond d’un rang».

Quand on lui dit que LaSalle compte 150 espaces de stationnement du genre, Linda Gauthier réplique que «c’est n’importe quoi, des arguments qui n’ont aucun bon sens. Que se passe-t-il si l’ambulance arrive à cet endroit ? Dans ce temps-là, une minute est très importante. Je trouve qu’il n’y a aucune excuse pour ça.»

Le RAPLIQ affirme ne pas avoir reçu d’autres plaintes pour des situations similaires dans d’autres arrondissements de Montréal à la suite de la tempête du 14 mars.

«Pas des tanks»
La mairesse Manon Barbe a reconnu que la situation était difficile puisque 40 centimètres de neige sont tombés en 12 heures, particulièrement entre 18h et 20h lors de l’importante tempête.

«Nos bombardiers ne sont pas des «tanks» et à un moment donné, ils ne pouvaient plus passer sur les trottoirs parce qu’il y avait trop de neige accumulée par la nature et par les gens déneigeant leurs cours ou leurs entrées de garage. On s’est ramassé avec des trottoirs embourbés de neige jusqu’à trois pieds et plus».

Elle ajoute qu’avant cette tempête, «nous étions sur l’asphalte dans la rue et sur le ciment sur les trottoirs. Les gens se garaient très près de la chaîne de trottoirs ce qui rendait la tâche difficile pour «nos chenillettes [qui] ont une lame de 48 pouces».

Le directeur général Benoit Gauthier a ajouté  qu’en période de tempête, «dans les rues de LaSalle, on a des voitures partout, garées à 45 ou 90 degrés. Le conducteur d’une charrue ne peut tourner sur un dix sous».

Directrice des Travaux publics, Christianne Cyrenne a ajouté que LaSalle compte 150 espaces de stationnement réservés aux handicapés et que de les déneiger tous en priorité, causerait des coûts énormes et des retards majeurs dans les autres opérations.

LaSalle cherche des solutions pour réduire l’impact de ces problèmes.

Il nous a été impossible de parler à la femme qui a été privée de son stationnement. Cette dernière avait aussi refusé de nous parler l’année dernière.

L’avenue Orchard est une rue artérielle où circule un circuit d’autobus.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus