TC Media / Flicr Les automobilistes qui passeront devant au 8969 de la rue Airlie le 17 juin, entre 11h et 17h pourront ainsi faire nettoyer leur voiture et contribuer au développement des enfants.

Depuis toujours, les lavothons sont reliés au financement d’activités sportives ou scolaires. Le 17 juin, un de ces lavothons aura lieu à LaSalle avec la particularité que tous les fonds qui y seront récoltés serviront à venir en aide financièrement aux enfants atteints de déficiences intellectuelles et de troubles reliés au spectre de l’autisme.

C’est l’organisme laSallois Montreal special need family (MSNF) qui est derrière cette initiative particulière qui se déroulera au 8969 de la rue Airlie. L’organisme à but non lucratif (OSBL), fondé en avril 2016, a pour mission de récolter de l’argent afin de payer des thérapies adaptées au bon développement des besoins particuliers de ces enfants.

La présidente de l’organisme, Maddie Pettigrosso est mère de quatre enfants. Sa fille cadette, âgée de 17 ans, est lourdement handicapée. C’est en élevant cette dernière que Mme Pettigrosso a appris que les ressources gouvernementales sont rares pour aider les enfants, âgés de cinq ans et plus, qui souffrent d’un trouble du spectre de l’autisme.

Selon la présidente de MSNF, les soins adaptés aux besoins des enfants peuvent faire une énorme différence, alors qu’«après des années et beaucoup d’argent, contrairement aux prédictions des médecins, ma fille Victoria commence maintenant à marcher et à parler». Devant ce constat, elle a décidé de son organisme.

Après sa première année d’activité, Montreal special need family est parvenu à venir en aide à une famille de Lachute, près de Mirabel, en amassant des fonds pour payer des thérapies comportementales à un enfant atteint d’autisme.

Progrès et soucis financiers
Cet enfant, c’est Blake Chapman. Dès l’âge de trois ans, ce garçon autiste a pu suivre la thérapie d’analyse appliquée et de modification du comportement (ABA pour Applied Behavior Analysis).

En attente d’une place dans les services publics, sa mère, Tina Chapman, a investi toutes ses économies auprès de spécialistes travaillant dans le secteur privé.

Selon la mère monoparentale, «ces soins sont très dispendieux, entre 45 $ et 120 $ de l’heure, trois fois par semaine. Heureusement, souligne-t-elle, les résultats de cette approche ont été fulgurants».

Blake, qui ne prononçait aucun mot, a appris à parler en près de trois semaines. Après un an, des personnes, autres que sa mère, comprenaient lorsqu’il s’exprimait.

Tina Chapman souhaiterait que son fils continue sa progression alors qu’il fréquente maintenant une école régulière à raison de quatre matinées par semaine. Elle explique que, «malgré les difficultés et le manque de ressources, la présence d’enfants dits normaux l’aide à entrer en contact avec les autres».

Cependant, le jeune autiste de six ans ne peut plus profiter de ce programme gouvernemental puisqu’il a dépassé l’âge limite pour y avoir droit.

Rattrapée par sa réalité financière, Mme Chapman a donc décidé de contacter les médias afin de les informer de la situation vécue par son fils, afin que ce dernier puisse poursuivre sa thérapie.

Cette sortie lui a permis d’être contactée par un citoyen, un pur inconnu qui lui offert 135 $ par semaine pour permettre à Blake poursuivre son développement.
Maddie Pettigrosso «a aussi été touchée par leur situation et les a immédiatement contactés», sachant qu’elle pouvait aussi leur venir en aide.

Avec son lavothon du 17 juin, Maddie pettigrosso souhaite amasser des fonds pour venir en aide à d’autres enfants, comme Blake Chapman.

Les automobilistes qui passeront devant au 8969 de la rue Airlie le 17 juin, entre 11h et 17h pourront ainsi faire nettoyer leur voiture et contribuer au développement des enfants.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!