TC Media / Archives La congestion du pont Mercier a entraîné un effet cascade et créer plusieurs retards sur les autres accès routiers, dont celui du pont Champlain.

Le temps de séchage trop long du béton utilisé pour la réfection de la portion fédérale du pont Mercier aura forcé, mercredi matin, des milliers d’automobilistes à passer une heure de pointe beaucoup plus longue que prévue. Québec étudie désormais la possibilité de mettre l’entrepreneur à l’origine des travaux, la Mohawk Bridge Consortium, à l’amende.

Dès 5h30, des automobilistes étaient déjà prisonniers de divers bouchons de circulation sur la Rive-Sud, alors que les travaux réparation de la chaussée, entamés mardi soir, n’étaient pas terminés à l’heure prévue sur le pont.

Ce n’est qu’à partir de 6h30, que la signalisation a été retirée permettant ainsi la circulation sur les deux voies. Selon les informations rendues disponibles par Québec, l’entrepreneur devait procéder à la réouverture de la voix, dès 5h. Il n’a donc pas respecté les conditions de son contrat, toujours selon Québec.

Le ministère des Transports (MTQ) étudie présentement la possibilité de mettre à l’amende Mohawk Bridge Consortium, selon la porte-parole Sarah Bensadoun qui précise que les chantiers sur les importants accès routier ont souvent lieu de nuit, justement pour éviter ce type de congestion automobile.

Temps compté
Selon la version officielle du MTQ, le consortium met en cause les mauvaises conditions météorologiques qui auraient retardé le temps de séchage du béton qui a été installé avant d’entreprendre l’asphaltage de la route occasionnant ainsi le retrait tardif de la signalisation.

Ce délai, en pleine heure de pointe, a été suffisant pour créer des embouteillages monstres à l’entrée du pont Mercier et dans les municipalités environnantes de la Rive-Sud.
Certains automobilistes affirmaient sur les réseaux sociaux avoir été pris durant plusieurs heures dans le trafic.

Marc Brière, chroniqueur à la circulation au 98,5 FM, a reçu le témoignage de nombreux automobilistes du secteur qui ont mis plus de 45 minutes pour atteindre 132 à partir de la 207. «Plusieurs auditeurs ont manifesté leur frustration et insisté sur le manque de planification, ils étaient en furie et avec raison», conclut-il.

Les travaux avaient d’abord été planifiés pour lundi, mais la pluie avait obligé l’entrepreneur à reporter le chantier au lendemain.

Sur le site d’Environnement Canada, on ne fait mention d’aucune précipitation enregistrée pendant la nuit de mardi à mercredi, mais d’un taux d’humidité élevé.

Au moment d’écrire ces lignes, Mohawk Bridge Consortium n’avait toujours pas retourné la demande d’entrevue de TC Media.

Chaque jour, près de 80 000 usagers de la route empruntent le pont Honoré-Mercier.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!