TC Media / Gracieuseté Pour sa deuxième année d’activité, l’École du milieu a remis des attestations de son programme à 17 étudiants.

Même avec un cheminement scolaire inhabituel, la réussite est possible. Leur attestation officielle de fin de programme en main, 17 étudiants de l’École du milieu LaSalle, qui aide depuis deux ans les décrocheurs ne pouvant être dirigés vers les centres de formation aux adultes, en sont la preuve.

«Toute l’équipe accompagne ces jeunes de près, on les voit évoluer. C’est très gratifiant de les voir réussir et de savoir qu’ils ont amélioré leur sort», fait valoir la coordonnatrice et intervenante, Marie-Pier Trudeau.

Si certains feront leur entrée sur le marché du travail, comme Mari-Lou Brisson, d’autres ont été admis au programme d’études professionnelles (DEP) puisque, pour la première fois dans l’histoire de l’établissement, ils ont eu la possible de s’y inscrire directement sans avoir à passer par la formation aux adultes.

Prise de conscience
«Le travail consiste parfois à aider les jeunes à faire le deuil de l’obtention du diplôme à tout prix, explique l’intervenante, parfois ça évite de nombreux échecs inutiles».

Marie-Lou Brisson aurait aimé étudier en technique de soin animalier, mais les programmes sont beaucoup trop contingentés pour son parcours éclaté et ses résultats scolaires.

Selon l’intervenante, ce constat est loin d’être un échec. C’est plutôt une prise de conscience du milieu de l’éducation. «Les diplômes sont souvent valorisés dans notre société, avec raison, cependant ils sont loin d‘être la seule avenue possible», précise-t-elle.

L’école de la 90e Avenue est reconnue par la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la seule qui permet ce genre de formation. L’établissement offre de l’enseignement régulier, en plus de permettre aux jeunes de connaître leurs intérêts à travers plusieurs activités et projets.

Hors normes
Mathieu Clermont a été accepté dans un programme de tôlerie de précision. Après avoir décroché à cinq reprise, l’École du milieu lui a permis de trouver des trucs pour mieux gérer son déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Il n’aura pas à passer par la formation aux adultes et pourra finalement travailler dans le milieu de la construction, comme il le souhaitait.

Avec Mari-Lou, l’objectif était qu’elle puisse s’accomplir dans son travail, tout en touchant de près à son rêve. Trouver un emploi dans une animalerie tout en se rendant disponible pour faire du bénévolat dans un cadre animalier a été la solution idéale pour elle.

Trois élèves se dirigeront l’année prochaine vers le DEP alors que Mari-Lou a déjà commencé son nouvel emploi.

C’est le cœur rempli de la fierté de voir ses élèves quitter le port que l’intervenante Marie-Pier Trudeau leur a remis leur attestation, le 21 juin.

À l’automne, un autre programme attend ceux qui restent dans cette école, qui ne fait définitivement pas les choses comme les autres.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!