Connaissez-vous BOB? C’est l’acronyme pour Best of Belron (Les meilleurs de Belron), une compétition internationale de changement de pare-brise. Vous avez bien lu! Même qu’un LaSallois, Kenny de la Coba, a obtenu la deuxième place lors de la finale provinciale, la semaine dernière, à Montréal.

Le principe est simple: il faut réparer et remplacer un pare-brise méticuleusement en respectant les normes de sécurité, qui constitue l’un des principaux critères d’évaluation, et dans les meilleurs délais. Chacune des deux épreuves compte une centaine d’étapes prédéterminées.

Le 12 octobre, quatre finalistes, tous des techniciens de Belron, un spécialiste vitrier en automobile basé en Angleterre, se faisaient la lutte dans un des garages de sa bannière Lebeau de Rosemont.

C’est le front mouillé de sueur que M. de la Coba a nettoyé toutes les vitres de la voiture marquant la fin de son parcours. Sous le regard attentif d’inspecteurs et de près d’une centaine de patrons de différentes succursales Lebeau et Duro du Québec, le LaSallois est resté concentré.

«Performer devant toutes ces personnes de l’industrie est particulièrement stressant, mais comme c’est les mêmes étapes que j’exécute tous les jours dans mon travail, ça me permet de me calmer et d’avoir confiance», explique le technicien qui travaille depuis cinq ans à la succursale Lebeau de Lachine, située sur la rue Saint-Jacques.

Il avait été choisi, comme les autres finalistes, par Guy Flamand, qui connaît bien tous les employés du Québec puisqu’il est responsable de leur formation de base et de leur perfectionnement.

Seconde chance
Kenny de la Coba en était à une deuxième participation. La première fois, il y a deux ans, il avait terminé dernier.

«Si je monte dans le classement à chaque fois, la prochaine fois, je devrais gagner», raconte-t-il à la blague.

Il reste encore une chance au LaSallois d’origine cubaine de participer aux sélections nationales puisque, outre les gagnants dans chaque province, comme Simon Latendresse, un technicien de la Montérégie qui travaille depuis 10 ans à Saint-Hubert, le meilleur deuxième de tout le pays aura l’occasion de prendre part à la compétition canadienne, les 18 et 19 janvier à Montréal.

«Plus j’acquiers de l’expérience et plus j’ai des chances de gagner, explique M. de la Coba. Comme j’ai vécu l’aventure, le stress de l’inconnu a moins de chance de m’affecter.»

S’il ne se qualifie pas, le technicien de 29 ans a toutefois de quoi être fier puisque, sur les 1 500 employés que compte Belron Canada, 20 finalistes s’étaient qualifiés pour les provinciales et 6 se rendront aux nationales.
Les finales internationales auront quant à elles lieu à Francfort, en Allemagne, en mai.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!