Gracieuseté Le Shinrin Yoku ou «bain de forêt médicinal» est reconnu pour ses bienfaits sur le système immunitaire, sur l’humeur et l’énergie, notamment. Sylvie Brossard guide ce genre de marche dans le Grand Montréal.

Le Shinrin Yoku, vous connaissez? Cette marche en forêt plutôt atypique, qui d’ailleurs signifie littéralement «bain de forêt médicinal» est issue de la culture japonaise.

La LaSalloise Sylvie Brossard est guide de cette pratique anti-stress qui consiste à se reconnecter à la nature en faisant appel à ses cinq sens.

Pendant la marche d’environ deux heures, on puise notre énergie dans la nature et on retrouve le bien-être en rentrant en symbiose avec les éléments.

«Ce n’est pas une épreuve d’endurance ou d’effort physique, mais une invitation à retrouver un confort physique et psychologique», explique Mme Brossard.

Les participants sont encouragés à caresser les arbres, à prendre conscience des bruits de la forêt et des odeurs.

«Je peux demander de trouver une roche ou un arbre vers lequel ils sont particulièrement attirés et d’imaginer une conversation», explique-t-elle.

Ces propositions peuvent paraître absurdes aux yeux des non-initiés, mais représentent le point de départ d’une réflexion selon Mme Brossard.

«Je questionne les gens sur une pensée ou une personne qu’ils ont envie de laisser partir, raconte la guide. Cela peut matérialiser un véritable lâcher-prise chez les personnes en deuil.» L’exercice consiste notamment à choisir une feuille par exemple, ou une brindille, et la lancer dans un plan d’eau.

L’expérience se conclut en un cercle de parole, inspiré de la tradition autochtone, où chacun se passe un bâton afin de discuter de ses ressentis.

Bienfaits
«Moi, je ne suis que la guide. C’est la nature qui est la thérapeute», lance Mme Brossard.

Plusieurs études ont démontré les bienfaits de cette pratique sur la pression artérielle, le rythme cardiaque ou encore sur le taux de cortisol, l’hormone de stress. Cela est notamment dû à la présence de phytoncides, des substances émises par certaines plantes que l’on respire en forêt.

Professeure de français au Cégep André-Laurendeau, Mme Brossard est une amoureuse de la nature. «Je ressentais déjà cette connexion à la forêt, mais je trouvais que la randonnée allait trop vite pour en prendre conscience», dit-elle.

Cet été, elle a décidé de suivre une formation donnée par l’Association of nature and forest therapy (ANFT), après avoir rencontré la fondatrice de Shinrin Yoku Québec, Bernadette Rey.

Les deux femmes guideront le prochain bain de forêt au refuge faunique Marguerite d’Youville sur l’Île Saint-Bernard, à Châteauguay, le 16 décembre.

Mme Brossard prévoit d’autres marches au parc Angrignon et au parc des Rapides, entre autres.

 

Naissance du Shinrin Yoku
L’Agence des forêts du Japon a crée le mouvement des «bains de forêts» en 1982 pour inciter les citoyens à une meilleure hygiène de vie. Aujourd’hui, le Shinrin Yoku est officiellement reconnu par le corps médical japonais et tend à se démocratiser dans d’autres pays.

 

Plus d’infos : Shinrin yoku Montréal

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!