Gracieuseté Christina Lemoyne-Elliott s’est qualifiée aux Championnats canadiens de karaté qui auront lieu en Nouvelle-Écosse, du 9 au 11 mars 2018.

La karatéka Christina Lemoyne-Elliott représentera les couleurs du Québec avec son équipe aux Championnats canadiens d’Halifax. C’est la deuxième année que l’adolescente de 17 ans se qualifie au sein de l’équipe provinciale.

«Je me suis vraiment rendu compte de mon potentiel l’année dernière, lors de ma première qualification, et j’ai décidé de travailler encore plus fort», raconte-t-elle.

Christina pratique ce sport de combat depuis cinq ans. «J’avais essayé d’autres sports, mais ils ne m’intéressaient pas vraiment. Avec le karaté, j’ai trouvé une véritable passion», explique celle qui a débuté avec sa mère.

Motivée par la dynamique d’équipe, la jeune athlète s’est fixé comme objectif de se qualifier aux Jeux olympiques de 2020, au Japon. Il s’agira de la première fois que le karaté fera partie des disciplines officielles en compétition.

Évolution fulgurante

Pour Michael Wai, son sensei ou maître en japonais, la progression de Christina a été fulgurante. «Elle a évolué de manière extraordinaire, c’est rare en si peu de temps», indique-t-il.

M. Wai estime que la jeune athlète possède non seulement le talent, mais aussi l’intelligence sportive et la détermination nécessaires au succès.

«Au début, je n’étais pas bonne du tout et je perdais presque toutes les compétitions, raconte-t-elle avec humilité. Mais je recommençais à chaque fois, je n’ai jamais abandonné.»

Son travail acharné, à raison de quatre jours d’entraînement par semaine au centre d’arts martiaux de LaSalle Audojo, lui a permis de s’améliorer.

Jadis réservée, Christina s’est aussi trouvé une force de caractère à travers le karaté. «Quand on est devant des juges, il faut avoir du caractère, précise-t-elle. Si tu pleures parce que tu perds, tu n’iras nulle part.»

Son sensei l’a d’ailleurs poussé à prendre part à des compétitions. «Même si je ne gagnais pas, il me persuadait que je pouvais faire mieux», révèle celle qui ne se considère plus comme une personne timide aujourd’hui.

 Études
Christina étudie à l’école secondaire anglophone LaSalle Community Comprehensive High School dans le programme international. Les cours y sont plus avancés et ouvrent davantage de portes aux étudiants pour le choix de leurs études supérieures.

À court terme, elle souhaite continuer à se perfectionner pour accumuler des points au fil des compétitions. «À plus long terme, j’aimerais avoir un bon emploi. Je vais peut-être étudier en sciences de la nature», indique l’élève qui a la bosse des mathématiques.

Elle travaille également deux jours par semaine afin de financer un voyage en Europe avec sa classe, mais aussi son séjour à Halifax pour les Championnats canadiens en mars. C’est sa mère qui avancera les fonds, mais Christina souhaite la rembourser pour lui enlever ce poids des épaules.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!