TC Media / Isabelle Bergeron Roger Gendron et la chorale de l'Hôpital LaSalle ont distribué des cadeaux aux résidents.

Le père Noël existe à l’Hôpital de LaSalle. Roger Gendron parcourt chaque année les couloirs, habillé de son costume rouge et blanc, pour distribuer des cadeaux de porte en porte. Il anime aussi les dîners de Noël pour le simple bonheur de soulager la peine des patients, ne serait-ce que quelques heures.

TC Media / Isabelle Bergeron

TC Media / Isabelle Bergeron

«La plus belle paye c’est le sourire des gens, lance le bénévole au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. C’est extraordinaire de voir les gens heureux.»

Tout a commencé lorsque le frère de M. Gendron y a été admis en 2008, alors atteint de la maladie d’Alzheimer. «J’allais le voir trois fois par semaine, mais il ne me reconnaissait plus», raconte le résident de Longueuil.

Il a décidé de se déguiser en père Noël et de jouer de l’harmonica au moment de ses visites pour remettre un peu de joie dans son cœur. Attendri par la générosité du personnel et le traitement hors pair des patients, M. Gendron a décidé de continuer à jouer ce personnage après la mort de son frère, quelques mois plus tard.

«Je fais bien une centaine de chambres dans la journée et j’ai des lutins qui m’aident pour déplacer le charriot», explique-t-il en parlant de ses amis bénévoles. Même si l’énergie ne lui manque pas, il a parfois très chaud dans son costume entièrement conçu par sa femme.

Tous les deux mardis, il se rend à l’hôpital pour jouer de l’harmonica et chanter avec ces mêmes amis. «Ce que j’aime, c’est créer un lien, même non verbal, avec les gens. Je fredonne des chansons et je les regarde dans les yeux», confie-t-il.

TC Media / Isabelle Bergeron

Vocation
Pour M. Gendron, se mettre dans la peau du père Noël est presque une vocation. Il s’est déguisé à de nombreuses reprises au cours des 20 dernières années. «Je l’ai aussi fait pour mes sept petits-enfants et je serai bientôt cinq fois arrière-grand-père», s’émeut l’homme aujourd’hui âgé de 78 ans.

L’un de ses meilleurs souvenirs est une distribution de cadeaux à Brossard pour les enfants du Club des petits déjeuners. L’un d’entre eux était un petit garçon handicapé qui s’était fait voler son fauteuil roulant quelques jours plus tôt.

TC Media / Isabelle Bergeron

«Juste avant que vienne son tour de me demander quelque chose, j’ai appris que son fauteuil avait été retrouvé par la police, révèle-t-il. Je lui ai demandé de fermer les yeux et d’y penser très fort, pendant que ses parents arrivaient avec. On a fait de la magie ce jour-là.»

Multiples talents
Avant de distribuer des sourires et d’être un musicien aguerri, M. Gendron a aussi été électricien. Il a ensuite suivi des cours à l’université pour devenir enseignant à l’école secondaire Gérard-Fillion, à Longueuil.

Il a également contribué à l’aménagement de la Maison du Père, sur la rue Saint-André, au centre-ville de Montréal. «Je connaissais bien le père Guy Laforte. J’ai proposé qu’un groupe d’élèves répare la plomberie et réalise la menuiserie pour un projet d’école. De mon côté, j’ai refait toute l’électricité», soutient M. Gendron.

À la retraite depuis 2000, il se sent privilégié de pouvoir aider les gens autour de lui. «Je suis rendu que je croirais presque au père Noël», plaisante-t-il.

Tant qu’il restera en bonne santé, ce Saint-Nicolas aux multiples talents continuera à enfiler son costume qui lui rappelle les derniers moments vécus aux côtés de son frère.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!