À la sortie de leur dernier quart de travail, les employés d’Arborite ont été surpris par leurs familles et amis. Alors que l’usine de LaSalle a fermé ses portes vendredi après quelque 70 ans de fabrication de comptoirs, l’émotion était au rendez-vous.

Daniel Guilbeault, qui a travaillé avec son père puis son beau-frère, a mis un point final à ses 33 ans de carrière. «C’était déjà une claque lors de l’annonce, là c’en est une deuxième. On réalise vraiment que c’est fini», dit-il.

D’anciens collègues sont venus saluer leurs amis, comme Jacques Bourdeau, aujourd’hui retraité. «Je faisais le père Noël à chaque fête de fin d’année, je les connais tous très bien. C’est triste de les voir partir comme ça», raconte-t-il.

Plusieurs ont été touchés par la présence d’un des leurs qui a souffert d’un AVC durant ses heures de travail. «André est venu pour nous. Malgré tout, Il garde toujours le sourire», confie M. Guilbeault.

C’est avec des ballons, des sourires et parfois des larmes que les conjointes se sont aussi présentées pour soutenir les travailleurs. «C’est un moment difficile pour tout le monde», témoigne Terri Leblanc.

De longues accolades et mots d’encouragement ont été échangés entre les collègues devenus amis, après s’être côtoyés quotidiennement pendant une vingtaine voire une trentaine d’années.

«Moi je reste là, mais ce ne sera plus jamais pareil. Je perds mes meilleurs chums», lance un des employés, qui ne souhaitait pas être nommé, la gorge nouée.

Le président, Salvatore Rivera, a également été remercié après 30 ans de service. «C’est très dur, exprime-t-il, très ému. Je n’ai pas encore cherché de travail.»

Prime
Les ouvriers de moins de 54 ans ne toucheront pas leur prime de raccordement prise à même le fond de pension de l’entreprise. «C’est environ 140 000 $ dont je ne verrai jamais la couleur», révèle Daniel Guilbeault. Cette somme représente un supplément au revenu de retraite payable jusqu’à l’obtention de la pleine rente.

Ils ont toutefois eu droit à un bonus de départ, à la hauteur d’une semaine payée par année de service. Cela représente environ 25 000$ pour M. Guilbeault.

Reclassement
Un comité de reclassement a été mis sur pieds dans les semaines qui ont suivi l’annonce de fermeture pour aider les travailleurs à se trouver un nouvel emploi.

«On nous a expliqué nos droits, puis nous avons réalisé des profils de nos compétences», explique M. Guilbeault.

À l’instar de certains autres collègues, il s’est trouvé rapidement un emploi dans une entreprise lachinoise, Accord Expositions. «Ça a été vite, je suis chanceux. Je commence lundi», indique-t-il.

Seulement 11 employés syndiqués restent au sein d’Arborite, qui est dorénavant un centre de distribution et de vente.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!