Gracieuseté Hélène Lapierre réalise aujourd’hui son rêve musical avec ses acolytes Marc Primeau, Stéphane Senécal, Robert Gauthier, Robert Avakian, Denis Routhier et Nicole Lapierre.

Depuis plus d’un an, la directrice du Centre du Vieux Moulin de LaSalle, Hélène Lapierre, vit une aventure musicale riche en adrénaline et en émotions. Avec son conjoint, sa sœur et ses amis musiciens, elle prépare son premier album qui sera lancé au centre culturel et communautaire Henri-Lemieux.

Mme Lapierre et ses acolytes y revisitent des chansons d’Isabelle Boulay à Sting, en passant par Noir Désir, dans un style doux aux influences de country. «On y a mis nos couleurs en ajoutant du saxophone et de la mandoline par exemple. On a voulu créer un univers», explique-t-elle.

Le titre Ma voie n’a rien d’anodin. «Ce projet reflète tout un cheminement dans ma vie, un véritable virage à 180 degrés», ajoute-t-elle.

Un diagnostic du cancer, il y a deux ans, a été un véritable déclic. «J’ai compris qu’il y avait plein de choses dans la vie que je voulais faire, des rêves que j’avais écartés et que je devais maintenant réaliser», raconte-t-elle.

Elle a ainsi décidé de se recentrer sur elle-même et sur ses proches. «La musique est une thérapie en soi, comme un baume sur mon cœur», dit la LaSalloise, qui a choisi une approche spirituelle en pratiquant notamment l’acupuncture, la méditation et le yoga.

Pour Mme Lapierre, cette nouvelle a été un avertissement, un message pour rééquilibrer sa vie. «Je ne lutte pas, je ne combats pas, j’existe», dit-elle avec détermination.

Histoire de famille
Hélène Lapierre a baigné dans la musique depuis sa plus tendre enfance, puisque sa mère jouait plusieurs instruments. «C’est elle qui m’a transmis l’amour de la musique, je vais beaucoup y penser quand je chanterai», raconte-t-elle avec émotion, sa mère étant décédée juste avant que le projet se concrétise.

Mme Lapierre a d’ailleurs fondé au début des années 2000 un groupe de musique, les vieilles valises, avec sa sœur, Nicole, et son conjoint, Denis. La formation s’est produite régulièrement au centre communautaire et culturel Henri-Lemieux, pendant une dizaine d’années.

Après une longue pause, l’équipe s’est reformée naturellement lorsqu’elle est revenue vers la musique.

«Je remercie tellement la vie de m’avoir permis de faire ce projet et d’être entourée de gens si généreux, dit-elle. Depuis le début, je suis constamment dans l’effervescence, je ris, je pleure. Je vis, tout simplement.»

Hélène Lapierre et ses musiciens ont démarré les répétitions depuis quelques semaines et ont hâte de se retrouver sur scène pour interpréter les 13 pièces de l’album.

Deux soirs de représentation au Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux, à LaSalle, les 22 et 23 mars à 20h.

Parcours
Hélène Lapierre a démarré sa carrière dans un centre de loisirs à Montréal, puis a travaillé quelques années à la Chambre de commerce de Montréal.
Elle a ensuite lancé son entreprise en organisation d’événements.
Plus tard, elle a travaillé au service des événements culturels de l’arrondissement de LaSalle.
Il y a 20 ans, elle est devenue directrice du Centre du vieux moulin à l’âge de 30 ans, et ne compte pas quitter cet organisme qu’elle aime tant.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!