Photo : Gracieuseté Les 16 gagnants ont démontré d’excellentes habiletés lors de la finale régionale de la dictée Paul-Gérin-Lajoie, samedi, à l’école des Marguerite de L’Île-des-Sœurs.

Deux élèves laSalloises, Nina Geng et Annie-Linna Qu, ont brillé lors de la finale régionale de la dictée Paul-Gérin-Lajoie qui a eu lieu à l’école des Marguerite de L’Île-des-Sœurs, la semaine dernière. Elles se sont ainsi qualifiées pour l’étape internationale, aux côtés de 14 autres jeunes de la région de Montréal.

Lors la journée organisée par la Fondation Paul Gérin-Lajoie, les enfants ont tenté de déjouer les pièges de la dictée. L’objectif est d’améliorer l’usage et la maîtrise de la langue française, tout en s’amusant.

À 10 ans, Annie-Linna Qu est déjà en 6e année à l’école Montessori de Montréal. «Elle a appris à lire par elle-même dès l’âge de 5 ans, raconte sa mère, Junxia Cheng. Je pense qu’elle est douée en général et très sensible à la langue.»

Et pour cause, Annie-Linna parle couramment le français, l’anglais et le chinois. Elle apprend aussi l’espagnol à l’école. «Je lis beaucoup, c’est une de mes passions», indique la fillette, qui emprunte chaque semaine d’innombrables ouvrages à la bibliothèque.

De son côté, Nina Geng a sauté une classe et parle également le chinois ainsi que l’anglais à la maison. Passée par l’école Fernand-Seguin, qui sélectionne des élèves particulièrement doués, elle étudie présentement dans le programme international de l’école Terre-des-Jeunes.

Sensibilisation
Outre la dictée, des activités permettant de sensibiliser les élèves à l’importance de la solidarité internationale, de la diversité et du vivre ensemble ont été tenues dans les classes, dès le mois de janvier.

«Chaque année, le projet de La Dictée P.G.L. propose une thématique pour travailler autour de celle-ci et faire des liens avec les réalités d’ici, mais aussi des pays en développement», indique Nathalie Pentier, chargée de projets.

La Fondation a ainsi fourni divers outils pédagogiques aux enseignants participants pour explorer le thème de cette 27e édition, l’art.

«On nous a montré une œuvre d’art, puis nous devions écrire notre appréciation de celle-ci», raconte Nina dans un français impeccable. C’était une toile de l’artiste Shaka, que j’ai trouvé très belle et colorée.»

Dons
Avant le jour J, les enfants ont aussi été invités à solliciter des dons auprès de leur entourage.

La moitié des sommes recueillies est utilisée pour des projets scolaires dans leur école. Le reste du montant à la réalisation des programmes de la Fondation Paul Gérin-Lajoie en matière d’éducation des enfants, d’alphabétisation, de formation des jeunes adultes et des femmes au Bénin, au Burkina Faso, en Haïti, au Mali et au Sénégal.

Au total, plus de 300 jeunes ont pris part à l’une ou à l’autre des finales régionales tenues à travers le Canada et les États-Unis.

La finale internationale P.G.L. aura lieu le 20 mai à Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!