Le député libéral de Marguerite-Bourgeoys et ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, Robert Poëti, a décidé de laisser place à la relève. Il ne sera pas candidat aux élections provinciales d’octobre.

Après six ans de siège à l’Assemblée nationale, il quittera définitivement la vie politique. «Des choses ont changé dans mon analyse depuis mon investiture, explique-t-il en entrevue avec le Messager LaSalle. Je me suis demandé si je pouvais à nouveau m’engager pour quatre années.»

Selon lui, il est temps de laisser la place à la jeunesse qui amènera du renouveau dans le parti libéral. «Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau, a dit Alexis de Tocqueville, je suis d’accord avec lui», avait-il écrit sur Facebook, le 30 mai.

Le ministre évoque aussi la difficulté de concilier le travail et la famille, dont il réalise les impacts aujourd’hui. «C’est un défi dans lequel il va falloir investir pour permettre à des jeunes personnes de s’engager, ajoute-t-il. J’aimerais travailler dans un domaine où ce n’est pas lundi tous les jours.»

M. Poëti indique qu’il a présentement des opportunités d’emploi, mais souhaite attendre la fin de son mandat pour se décider.

Élu en septembre 2012 dans la circonscription de Marguerite-Bourgeoys, M. Poëti est le 15e élu de son parti à annoncer qu’il ne se présentera pas comme candidat aux élections générales du 1er octobre.

Dossiers
M. Poëti s’est dit fier de certains dossiers, comme l’adoption de sept projets de loi, dont celui qui mènera à la création de l’Autorité des marchés publics, la signature du contrat pour la réfection de l’échangeur Turcot, la passerelle pour les vélos au coût de 1M$ ou encore le sauvetage de la maison des jeunes.

Le ministre s’était d’ailleurs installé dans l’arrondissement de LaSalle l’année suivant les élections.

«J’ai adoré mon passage en politique, j’ai laissé certaines marques, estime-t-il. J’invite les gens qui souhaitent faire avancer le Québec à se lancer.»

Parcours
Élu depuis 2012, l’ancien policier de 28 ans d’expérience au sein de la Sûreté du Québec a été ministre des Transports (MTQ) et ministre responsable de Montréal en 2014.

Il a été exclu du Cabinet deux ans plus tard lors d’un remaniement ministériel, après avoir tenté de faire du ménage chez certains fonctionnaires en engageant une ancienne enquêteuse de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Jacques Daoust, décédé au mois d’août, lui avait alors succédé au MTQ avant d’être à son tour remplacé par Laurent Lessard.

M. Poëti a effectué un retour en politique en octobre 2017, pour occuper son poste actuel de ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles.

Ce départ s’ajoute à ceux de cinq autres ministres
Jean-Marc Fournier (Saint-Laurent)
Stéphanie Vallée (Gatineau)
Julie Boulet (Laviolette)
Martin Coiteux (Nelligan)
David Heurtel (Viau)

Et à ceux de neuf députés libéraux:
Raymond Bernier (Montmorency)
Norbert Morin (Côte-du-Sud)
Karine Vallières (Richmond)
Guy Hardy (Saint-François)
Germain Chevarie (Îles-de-la-Madeleine)
Pierre Reid (Orford)
André Drolet (Jean-Lesage)
Ghislain Bolduc (Mégantic)
Michel Matte (Portneuf)

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!