Gracieuseté - Société historique Cavelier-de-LaSalle Du 14 juin au 3 août, les citoyens pourront s’enquérir de la riche histoire du boulevard LaSalle et de ses bâtiments patrimoniaux, tels que le noviciat des Pères Oblats, aujourd'hui parc des Saints-Anges.

Le boulevard LaSalle est un témoin des différents régimes et influences qui se sont succédé à travers le temps. Son histoire est retracée dans l’exposition «Du portage au chemin du roy» au centre Henri-Lemieux.

«C’est une ligne du temps», explique l’initiateur du projet Denis Gravel de la Société historique Cavelier-de-LaSalle.

À l’origine, ce qui devait être un sentier amérindien est devenu une route de portage puisqu’au 17e siècle, la population se déplaçait beaucoup sur le fleuve.

«Les gens sortaient de l’eau pour se promener dans le sentier en transportant leurs canots, car ils ne pouvaient pas ramer à contre-courant à cause des rapides de Lachine», indique l’historien.

D’ailleurs, le Sault-Saint-Louis, qui forçait même un arrêt à Montréal, avait été décrit par Hochelaga comme étant le rapide le plus impétueux qu’il lui soit possible de voir.

Après 1667, durant le régime français, on empruntait «le chemin du Roy», mais lorsque les Anglais ont dominé la métropole, la route a été nommée «Lower Lachine Road».

Entre 1846 et 1917, il y avait un poste de péage à la frontière de Verdun et de LaSalle pour les visiteurs qui traversaient avec leur cheval ou leur charrette d’un territoire à l’autre.

Au fil du temps, la rue est devenue Chemin Saint-Laurent, Chemin Riverside et Chemin LaSalle avant de finalement devenir le boulevard qu’on connaît en 1955.

Sensibilisation
Plusieurs photos d’archives sont inédites, alors qu’elles n’ont jamais figuré dans les ouvrages de la Société historique. Certaines proviennent des archives de la Ville de Montréal, de l’arrondissement de LaSalle et de Verdun.

«On fait allusion à plusieurs structures patrimoniales comme le Moulin Fleming, la maison Nivard-De Saint-Dizier ou l’entrée de l’Aqueduc, notamment», ajoute M. Gravel.

C’est l’infographiste et designer Mathieu Forget qui a réalisé la mise en page et le design des installations. Les textes sont imprimés sur de grandes toiles avec des photos en filigrane.

Ces panneaux ont d’ailleurs déjà été exposés à la bibliothèque de l’école secondaire Cavelier-de-LaSalle. «La Société historique a toujours un objectif de sensibilisation à l’histoire locale, dit M. Gravel. Même si la plupart de nos membres sont des gens plus âgés, on essaie tout autant de rejoindre la jeunesse.»

L’exposition itinérante se déplacera à la bibliothèque Jacqueline-De Repentigny, à Verdun, du 15 août au 15 septembre.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 14 juin dès 17h à la Galerie des 3C du Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux. Réservations au 514 364 9955.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!