Le Messager LaSalle - Pascaline David Les enfants ont expliqué aux visiteurs les étapes de création de leurs objets, lors d’une exposition à l’école secondaire Cavelier-de LaSalle.

Pendant une semaine, des jeunes provenant des écoles primaires de LaSalle ont crée une multitude d’objets technologiques à l’aide d’imprimantes 3D, notamment. Ils participaient au troisième Fab Lab de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), visant à promouvoir la science.

Deux conseillers pédagogiques et trois étudiants de l’école secondaire Cavelier-de LaSalle ont accompagné les apprentis scientifiques dans la conception numérique de personnages, la programmation de robots ou encore la création de consoles pour jeux vidéo.

Pour ce faire, ils ont eu accès à du matériel à la fine pointe de la technologie, comme des imprimantes vinyle et des machines de découpe laser. «Ils apprennent à travailler en équipe et à ne pas être défaitistes devant les problèmes, lance Mathieu Dubreuil, conseiller pédagogique. Une machine ne fonctionne jamais du premier coup, il faut être résilient.»

M. Dubreuil a été très agréablement surpris par les connaissances de certains jeunes qui possédaient déjà un bagage scientifique. «11 des 28 élèves avaient déjà dessiné et imprimé en 3D, affirme-t-il. C’est vraiment exceptionnel et unique dans la grande région montréalaise.»

Apprendre des compétences numériques était un objectif du camp, mais pas le seul. «Nous voulions aussi faire une transition en douceur entre les vacances, où l’enfant était dans un cadre peu organisé, et la rentrée», ajoute M. Dubreuil.

Résultats
Les enfants ont expliqué aux parents, amis et élus les différentes phases de création de leurs objets lors d’une exposition à l’école secondaire Cavelier-de LaSalle, le 24 août. «Ils n’ont pas juste refait ce que le moniteur leur montrait, ils l’ont compris, appris et ont été capables de le retransmettre», lance Julie Grenier, conseillère pédagogique.

«Je pense que cela permet de les motiver pour rentrer au secondaire et cela expose davantage les filles à la science», estime Mayra Belscham, maman de l’une des élèves du camp.

Un groupe s’est attelé à la l’impression de personnages et formes en trois dimensions. Chacun a appris à programmer puis à utiliser les imprimantes 3D. «Ça marche couche par couche et il ne faut surtout pas laisser l’imprimante sans surveillance», explique Claudel, qui a beaucoup apprécié l’atelier.

Chaque enfant a reçu un diplôme pour marquer son implication au sein du camp Fab Lab. Trois d’entre eux, Claudel, Noémie et Alexis, ont respectivement reçu un prix spécial pour leurs compétences, leur personnalité rayonnante et leur ingéniosité.

Avant-garde
«On s’était fait dire par une grande dame, qui s’appelle Julie Payette, que ca ne fonctionnerait pas. Je suis contente de voir qu’on a eu raison de tenir tête», soutient la présidente de la CSMB, Diane Lamarche-Venne.

Mme Lamarche-Venne a souligné l’importance d’acquérir des compétences du 21e siècle, mais surtout la créativité qui les accompagne. «Ma plus grande récompense est de voir vos yeux tellement intéressés, tellement stimulés aujourd’hui», a-t-elle ajouté en s’adressant aux enfants.

La première édition du FAB LAB s’est tenue à l’école Monseigneur-Richard, dans Verdun, puis le projet a été mis en place dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

Il a été récompensé lors de la 31e édition du Gala des OCTAS, qui valorise l’innovation et l’excellence des projets de technologies de l’information et numériques.

La CSMB a été la première au Canada à développer le concept de laboratoires locaux qui donnent accès à des outils de fabrication numérique dans les écoles primaires et secondaires.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!