Gracieuseté - Jean-David Palmieri-Marceau Décédé le 22 octobre, le musicien et compositeur Silvio Palmieri aurait fêté ses 61 ans le 10 novembre.

Le compositeur laSallois Silvio Palmieri est décédé des suites d’un cancer, à l’âge de 60 ans. Il a notamment étudié à l’école secondaire Cavelier-De LaSalle et résidait toujours dans l’arrondissement.

C’est Chantal Lambert, soprano et directrice de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, qui a annoncé son décès dans un message publié sur Facebook. «Mon grand ami Silvio Palmieri vient de quitter ce monde, après avoir combattu un cancer fulgurant – aussi excessif que lui – et qui l’emporte, nous laissant pantois et désemparés», exprime-t-elle.

Mme Lambert le décrit comme un homme à l’intelligence vive et aux multiples talents, avec de l’esprit, un sens de l’humour mordant et un bagout incroyable. Celui qui avait un rire reconnaissable entre tous, adorait discuter de tout, avec des opinions bien affirmées.

«Silvio aura chanté jusqu’à tout récemment avec une belle voix de ténor et un sens inné de l’interprétation de la parole chantée, ajoute-t-elle. Il était surtout d’une générosité sans borne, entier, sensible, raffiné, brillant, drôle, taquin, sensuel et profondément humain.»

LaSallois
Né à LaSalle d’un père italien et d’une mère québécoise, Silvio Palmieri a étudié à l’école secondaire Cavelier-De LaSalle. Célibataire et sans enfant, il résidait d’ailleurs juste à côté de son ancien établissement scolaire, sur la 90e Avenue.

«C’était un bon vivant, une personne joyeuse», raconte l’historien de la Société historique Cavelier-De LaSalle, Denis Gravel, qui était aussi l’un de ses amis.

Il le connaissait depuis 1973, alors qu’ils ont étudié ensemble au secondaire et ont participé à un projet d’exposition dans l’école. «Le sujet était la musique rock britannique versus la musique rock américaine. Quelle était la meilleure des deux?», lance l’historien, qui a rédigé la biographie du compositeur dans le livre Les Biographies laSalloises, avec Pierre-F. McDuff.

M. Palmieri avait aussi participé au 350e anniversaire de Cavelier-De LaSalle l’automne dernier, organisé par la Société historique, dans le cadre d’un spectacle sur la musique baroque. Il avait alors composé une œuvre contemporaine pour le hautbois.

Parcours musical
Silvio Palmieri a été initié à la musique dès son jeune âge. Après avoir étudié le piano, la flûte traversière, il a fait partie de l’Ensemble vocal Arts-Québec. Il a reçu sa formation musicale au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec à Montréal, dans la classe de composition et d’analyse de Gilles Tremblay.

Il a étudié le contrepoint et l’orchestration avec Clermont Pépin, l’électroacoustique avec Micheline Coulombe-Saint-Marcoux et Yves Daoust, l’harmonie et la direction de chorale avec Marcel Laurencelle. Il a participé à plusieurs ateliers de composition, dont le Composer’s Workshop de l’ensemble Arraymusic de Toronto et les Ateliers-concert de l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM).

L’artiste a signé de nombreuses compositions et créé en 2004 l’opéra Elia pour l’ECM, finaliste au prix de composition 2005 de la Fondation Prince Pierre de Monaco.

Il a également composé la musique de scène d’Hamlet, mis en scène par Marc Béland au Théâtre du Nouveau Monde, ainsi que plusieurs préludes pour piano et des œuvres électroacoustiques.

Critique musical et organisateur de concerts, il s’est prêté également à l’enseignement en étant le mentor de jeunes compositeurs et d’interprètes.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!