LaSalle est devenu le 19e et dernier arrondissement de la Ville de Montréal à compléter le chargement de la neige tombée lors de la tempête du 27 décembre dernier. Tout a été complété le mercredi 9 janvier en avant-midi.

En obtenant le titre peu enviable de dernier de classe parmi les arrondissements montréalais, ce résultat a soulevé le mécontentement de certains citoyens.

Interrogé par Le Messager, le porte-parole de l’arrondissement, Pierre Dupuis, a parlé de contraintes particulières.

«On ne pouvait faire plus vite. Nous avons un système différent où les rues sont prédéterminées. La moitié des côtés de rues sont prévues pour le déneigement, le mardi, le jeudi ou le samedi, alors pour l’autre moitié des rues, c’est prévu pour le lundi, le mercredi et le vendredi. La tempête est tombée un jeudi et pour nous, c’est la pire journée pour une aussi grosse tempête.»

«Notre système info-stationnement est très performant, sauf quand il y a une très grosse précipitation. Mais il n’est pas question qu’on revoit tout notre système pour des tempêtes qui arrivent aux cinq ans. La dernière fois, c’était à l’hiver 2007. Pour une tempête régulière, on est aussi vite que les autres».

Des citoyens d’autres arrondissements ont constaté que certains soufflaient aussi pour la première fois dans certaines rues le mardi, même s’ils disaient avoir complété leurs opérations. Pour M. Dupuis, «on a été transparents. On aime mieux donner l’heure juste. Le lundi, on était à 80% et on a fini le mardi.»

Les délais se multiplient

Le vendredi 28 décembre, LaSalle a soufflé toute la journée du côté «lundi, mercredi, vendredi». Selon Pierre Dupuis, «le samedi n’est jamais une journée productive car il y a beaucoup de voitures dans le chemin. Le dimanche, on ne déneige jamais. Nous sommes en régie avec nos propres employés à raison de six jours/semaine. Le lundi 31, on était de retour sur le côté du «lundi, mercredi, vendredi», et c’est le mardi 1er janvier qu’on aurait pu revenir sur l’autre côté, mais c’était congé férié. Le mercredi, c’était encore du côté «lundi, mercredi et vendredi. C’est seulement le jeudi 3 janvier qu’on a pu attaquer une journée productive pour les côtés «mardi, jeudi, samedi».

Comment améliorer la situation ?

Peut-on améliorer le processus ? «Impossible ! Il faudrait changer tous les panneaux de l’arrondissement. Notre système est très efficace pour la plupart de nos opérations. Quand il tombe 15 cm par exemple, le lendemain on est prêts à souffler. Mais pour quelque chose d’aussi gros, et compte tenu que la tempête est tombée un jeudi, ça joué de malchance pour nous. Je vous signale qu’une dizaine d’arrondissements soufflaient encore le lundi. On a pris un jour de plus qu’eux,» affirme Pierre Dupuis.
Et s’il tombait une tempête majeure dans une semaine normale ? «On gagnerait une journée précieuse parce que c’est le mardi 1er janvier qui nous a manqué. On aurait fini lundi au lieu de mardi,» ajoute M. Dupuis.

Entrepreneurs délinquants et dépôt de neige

Dans LaSalle, les entrepreneurs privés ont le droit d’amener la neige des entrées de cour vers le bord de la rue, sauf que chacune des accumulations enlève une place de stationnement sur rue.

Le porte-parole de l’arrondissement a parlé de la difficulté de déneiger les trottoirs. «Des entrepreneurs privés ont été délinquants. Ils ont fait des amoncellements sur les trottoirs au-delà de ce que peut pousser un bombardier qui ne peut pas pousser une montagne de huit pieds de neige.»

Pierre Dupuis ajoute que LaSalle a vécu une autre contrainte avec son dépôt à neige. «Il a fallu le partager avec d’autres arrondissements parce que leurs chutes de neige étaient bloquées. Il a fallu qu’on accepte des camions venus d’ailleurs. Sauf qu’à chaque fois, les camions, au lieu de prendre sept minutes pour entrer et sortir du site Angrignon, devaient en prendre vingt.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!