La montagne du Diable

Serge Bouchard est un anthropologue extrêmement intéressant et, sous ses airs de bonhomie, il recèle une science qu’il sait transmettre en termes faciles à comprendre, autant à la radio (RC. Les chemins de traverse) que dans le magazine Québec Science auquel il collabore. Dans l’édition de juin-juillet dernier, il avait choisi pour sujet «La montagne du Diable» située au nord de la vallée de la Lièvre dans les Hautes-Laurentides, passé Mont-Laurier, route qui conduit à Ferme-Neuve. Une bien belle histoire qui nous captive et dans laquelle transpire son amour de la nature et de ses beautés qu’il nous décrit si bien. Ici, il nous ramène au temps ancien des Algonquins de la Petite-Nation dont le pays jouxtait celui des Gens-des-terres ou Algonquins Tête-de-boule de la Haute-Mauricie. Or, il y avait là raconte-t-il dans sa langue poétique, une forêt «précieuse comme une tonne d’or», des plages de sable fin, des rivières blanches, des animaux sauvages, des collines, des coulées et, à partir de l’Outaouais, 3 vallées remontaient vers le nord: la Rouge, la Lièvre et la Garineau, couvertes de pins blancs beaux comme les colonnes sacrées d’une cathédrale païenne… Comme les esprits y circulaient aussi, il y avait aux sources de la Rouge la montagne Tremblante, aux confins de la Lièvre s’élevait le Massif de la montagne du Diable, repaire de Ouindigo, géant qui chassait kes âmes humaines pour se nourrir de leurs péchés… Pour s’y rendre on devait passer par le rapide de l’Orignal sur la Lièvre ou par Grand-Remous et la petite rivière Baskatong ou «glace pliée». En 1824, les autorités britanniques coloniales ont cédé ce trésor forestier à des amis, les «Barons du bois» et sur la Lièvre, c’est James Maclaren qui obtint le droit et coupa en aveugle des pins centenaires pour y exploiter un commerce de bois sous le nom de Maclaren Company. Les bûcherons étant isolés, il y construisit une ferme et cette ferme de la montagne du Diable est devenue Ferme-Neuve, peuplée par les bûcherons, les draveurs et les colons. Ces derniers auraient voulu y installer des moulins à scie mais nos politiciens cédèrent plutôt ce coin de pays à la Canadian International Paper qui entreprit la coupe des résineux pour la pulpe et ce fut le temps de la «pitoune». La pitoune n’apparaît pas au Petit Larousse mais dans le Dictionnaire des canadianismes, de Larousse également, on lui trouve 7 significations dont la 5e réfère au bois à pâte de 4 pi. de longueur et comme exemple: «Les camions chargés de pitounes évitent le centre-ville»!

Comité logement Lachine-LaSalle

Ce comité est une support précieux pour les locataires qui veulent suivre les indices d’augmentation du loyer et il peut les aider à décidere s’ils doivent ou non accepter une augmentation. Offert par téléphone les mardis, jeudis et vendredis (514-544-4294). Toutes les questions concernant le loyer y trouvent leurs réponses.

>Gagnante à la Supergrille

Bravo à Dolorès Cyr qui a réussi la supegrille de septembre de La Presse, méritant comme les 49 autres gagnants le livre Beschderelle «L’art de conjuguer» (dictionnaire de 12 000 verbes) ainsi qu’un sac réutilisable.

Le Centre perd sa quincaillerie

Décision toute personnelle de Paul-Émile Chartrand qui vend sa «Quincaillerie Champlain» dont l’enseigne est familière depuis près de 35 ans aux gens du quartier, à quelques pas de l’église St -Télesphore, rue Centrale. Un éventuel acheteur prendra-t-il la relève ou le «stock» hétéroclite vendu à la pièce? Bonne retraite M. Chartrand et de belles années à vivre avec votre épouse Gisèle et votre famille!

Une surprise réussie

Belle fête samedi dernier pour Marcelle Prud’homme qui ne s’attendait pas à voir 65 personnes réunies au restaurant Kyomi pour souligner son 85e anniversaire! Tous, famille, belle-famille, amis et compagnes de l’ex-commission scolaire Sault-Saint-Louis avaient respecté la consigne pour que la soirée organisée par ses filles Joanne et Carole soit un succès. Un beau prélude à l’anniversaire de Marcelle le 7 décembre prochain!

Filles d’Isabelle

Prochaine réunion du Cercle LaSalle-St-Henri, mardi 6 novembre à 19h, au 75 Sir-George-Étienne-Cartier. Info: Lise Mitchel, 368-5642.

Condoléances

Gérard Lalonde, 88 ans, époux de feu Noëlla Di Loretto, décédé le 21 octobre, laisse ses enfants, Carole (Robert), Arthur (Karen), Vickie (François), petits et arrière-petits-enfants, sa soeur Marguerite. Funérailles à Ste-Catherine-Labouré le 27 octobre 2012.

Cercle de fermières

Pour l’atelier du mardi 6 novembre, on travaillera la courtepointe. À 19h au 55 Dupras. Info: Émilienne Rousseau, 364-0718, Jeanne-d’Arc Mercier, 365-6265.

Anniversaires

Saluts et souhaits à Pierre Pellerin (Chapelle Soc. historique) pour le 9 novembre et à Rafael Martinez (Marina) le 10. Bonne fête à Émilie Lefrançois-Adès le 11 novembre!

Bazars

-À St-Nazaire, sous-sol église, 111 Bélanger, 2, 3, 4 novembre: vendredi et samedi, 9h à 16h, dimanche 9h à 12h. Bibelots, bijoux, jouets, plantes, vêtements, livres, petits meubles, vaisselle, etc., pâtisseries et mets cuisinés, casse-croûte, tirage nombrex prix.

-À NDSC, sous-sol église salle A-B, entrée 55 -6e Ave, les 3 et 4 novembre, samedi 9h30-16h (spaghetti) et dimanche 9h30-14h (hot dogs, sandwichs fromage grillé, soupe). Vêtements, articles maison, vaisselle, meubles, etc.

-À St-Télesphore, grand bazar annuel les 1er-2-3 novembre, jeudi et vendredi 14h-20h, samedi, 10h-15h, sous-sol église, entrée côté 66e & Centrale. De tout! Info: presbytère, 366-4640 ou Lucille Lussier, 366-9880.

Âge d’or Ste-Catherine-Labouré

Noël en automne les 2-3-4 décembre au Manoir des Laurentides à St-Donat. Info: Atala Gratton, 366-4456.

Club Renaissance/Âge d’or NDSC

Notre danse avec buffet aura lieu le 10 novembre exceptionnellement, de 19h à 23h à l’école Ste-Geneviève, rue Édouard. Info: Renée Panneon, 366-3510.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!