Le sort en est jeté! Le conseiller Richard Deschamps de l’arrondissement de LaSalle a dû s’incliner par deux votes dans sa tentative de devenir maire de Montréal par intérim jusqu’aux prochaines élections générales prévues pour novembre 2013.

Michael Applebaum a obtenu 31 votes, alors que Richard Deschamps a terminé au second rang avec l’appui de 29 élus. Trois bulletins ont été rejetés.

Une fois sa victoire confirmée, le maire par intérim s’est dirigé vers Richard Deschamps pour lui serrer la main et il a déclaré qu’il souhaitait que ce dernier accepte de siéger au nouveau comité exécutif.

À sa sortie, Richard Deschamps a déclaré: «il y a des gens qui m’avaient dit des choses et qui en ont peut-être fait d’autres. J’espère juste que les Montréalais seront bien servis. On savait que c’était un vote extrêmement serré. Ça été une lutte de tous les instants. C’est la première fois qu’on vit ça tout le monde, ça crée des déchirements et on est souvent face à soi-même. On va continuer parce que ce qui m’intéresse, c’est de faire un travail de service public.»

Concernant son opposant, M. Deschamps a ajouté: «on a toujours eu une relation respectueuse, M. Applebaum et moi. Mais je n’ai pas vu le même Applebaum au cours des derniers jours. Moi, je suis resté le même, droit et dans la vérité.»

Quelle sera la suite des choses ? «On va prendre le temps de laisser se décanter les choses. Je pense que les gens à Union Montréal sont là par conviction. On va évaluer les gestes que nous avons à poser, mais chose certaine, les élus vont continuer leur mandat et travailler pour les Montréalais comme ils l’ont toujours fait.»

Une situation difficile

Rappelons que les élus d’Union Montréal avaient désigné Richard Deschamps comme candidat à la mairie par intérim, par un vote serré de 27 pour M. Deschamps, contre 22 pour M. Applebaum et huit pour Helen Fotopoulos.

La nomination devait être entérinée par tous les élus montréalais lors de la séance du vendredi 16 novembre. Le bateau s’est mis à couler lorsque dix élus d’Union Montréal ont quitté le parti qui a perdu sa majorité à l’hôtel de ville.

Union Montréal compte désormais 25 élus, alors que Vision Montréal en compte 16, Projet Montréal en a 10 et 13 conseillers siègent comme indépendants. La grande inconnue résidait dans le vote des partis Vision Montréal de Louise Harel et Projet Montréal de Richard Bergeron.

Un bon discours mais…

Lors de la séance du 16 novembre, les deux candidats disposaient de 20 minutes pour faire valoir leur candidature. Par la suite, les 63 élus ont voté individuellement, par vote secret.

Dans son discours, Richard Deschamps s’est décrit comme «un homme de consensus, un travailleur de terrain, et surtout, un homme de résultat.»

Il a proposé la mise sur pied d’un genre d’escouade anti-corruption à l’hôtel de ville et la nomination par Québec d’un vérificateur spécial pour surveiller les finances, les contrats, etc. Il a aussi tendu la main à l’opposition et accepté de former un comité exécutif de coalition s’il était élu. Il s’est également prononcé en faveur d’une réduction de la hausse de taxes de 3,3% à 2,2%, comme le proposait son opposant.

À titre de vice-président du comité exécutif, Richard Deschamps était responsable du développement économique, des infrastructures et des grands projets. Il a été élu pour la première fois en 1999, alors que LaSalle était encore une ville indépendante de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!