Née au printemps 1965 dans la ville médiévale d’Annecy, en France, Sonia Del Signore vécu en Italie jusqu’à l’âge de 13 ans. Déjà, à cette époque, elle peignait dans l’atelier de son père, l’artiste de réputation internationale Littorio Del Signore. Le chemin de sa passion l’amène à étudier les arts plastiques, puis le dessin de mode au Collège LaSalle, à Montréal. Diplôme en main, elle entreprend une carrière qui durera 13 ans en dessin de mode. Mais en 1999, réalisant que le temps n’attend personne, elle décide de dédier sa vie à sa passion, la peinture.

«Parce mon père est artiste, je suis née dans les pinceaux et la peinture. Quand j’avais 13 ans, mon père a décidé de déménager au Québec. J’ai fait les arts plastiques au cégep du Vieux-Montréal et un DEC en dessin de mode au Collège LaSalle. J’ai travaillé comme dessinatrice de mode mais après 13 ans, je me suis dit que si je ne me lançais pas dans les arts, je ne le ferais jamais. J’ai quitté mon emploi et je me suis donné à 100% à la peinture.»

«Mon père est mon idole»

Sonia Del Signore ne tarit pas d’éloges envers son père Littorio. «Mon père, c’est mon idole. Il a abandonné une belle carrière en Italie pour s’établir ici. Il faut beaucoup de courage pour laisser son pays et croire à 100 % à une carrière en peinture. Il a toujours cru en mon talent. C’est ce qui m’a poussé à tout lâcher pour ne faire que de la peinture, car j’étais en train de ruiner ma santé à cause du stress. L’hiver, je peins chez moi, alors que l’été, je vais chez mon père et on fait de la peinture ensemble.»
Maintenant âgée de 46 ans, Sonia Del Signore habite LaSalle depuis 1980 et est mère d’un jeune homme qui à 18 ans est un passionné de la photo.

L’exposition au bistro resto Bon Ton

Tout au long du mois de février, le public peut admirer des œuvres de Sonia Del Signore au restaurant bistro resto Bon Ton, du 8612, rue Centrale. Un vernissage aura lieu le mercredi 22 février, lors d’un «5 à 7».
«La propriétaire Vanda Oliveira m’a approchée et j’y expose huit de mes œuvres. C’est un très beau concept.»

Un style bien à elle

Les styles artistiques du père et de sa fille sont cependant très différents. Celui de Sonia est inspiré de l’art moderne et, bien que figuratif, son travail est également partiellement abstrait. Il vibre de couleurs vives et exotiques.
«C’est une fenêtre sur mes états d’âme, qui célèbrent l’amour, la beauté et la musique. Il y a des personnages et c’est très féminin et sensuel. À travers tout ça, c’est la vie qui y est célébrée.»
Sonia Del Signore expose dans une galerie d’art de Détroit et un peu partout dans le monde. «Mes œuvres ont été vendues à travers une galerie d’art de Détroit qui faisait aussi des encans sur des bateaux de croisière. Plusieurs de mes clients outremer me connaissent grâce à cette galerie. Ma carrière se déroulait presqu’uniquement aux États-Unis et je devais passer par eux parce qu’ils étaient mes agents. Mais j’ai cessé cette exclusivité. Je suis libre comme un petit oiseau. J’ai maintenant la liberté de faire ce que je veux au Canada et au Québec.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!