«Je suis dans le feu de l’action et c’est ce que j’aime. Je suis comme un poisson dans l’eau. J’ai toujours le goût de venir travailler. C’est le fun de voir que nos décisions ont des résultats positifs. Le futur est tellement prometteur. Nous avons la plus grande salle de spectacles à l’ouest du Centre Bell et le potentiel de développement est immense.»

Martine Mimeault s’est jointe à l’équipe de la Salle Jean-Grimaldi en février 2010, d’abord au développement des affaires et à la location de la salle. Elle a gravi les échelons rapidement puisqu’en avril dernier, elle a hérité du poste de directrice générale. Elle gère un budget d’environ un million de $ et une équipe de trois employées, auxquelles s’ajoutent du personnel occasionnel (huit techniciens maison, placiers, techniciens, commis à la billetterie et au vestiaire). «Nous sommes sûrement la salle qui a le moins d’employés au Québec mais elles sont tellement dévouées. On a presque doublé notre nombre d’abonnés. Nous aurons de grandes nouvelles bientôt et nous inaugurerons notre salle rénovée en janvier 2012.»

Martine Mimeault s’est également découvert une passion à titre de spectatrice. «Avant, j’assistais à un ou deux shows par année. Maintenant, je suis à tous les shows. J’écoute les commentaires. Je ris, je suis émue et ça fait tellement du bien au cœur. On oublie nos problèmes et on repart de bonne humeur.»

Une salle ultra-moderne

Martine Mimeault est d’autant plus enthousiaste que la Salle Jean-Grimaldi est en pleine effervescence. Intégrée au Cégep André-Laurendeau, elle accueille annuellement plus de 60 000 spectateurs.

Le projet comprend la rénovation et l’agrandissement du hall d’entrée, des aires de services et des loges des artistes. Amorcés en juin, les travaux seront complétés pour le premier spectacle de la saison, celui de Mario Pelchat, prévu pour le 25 novembre. La capacité de la salle passe de 888 à 811 sièges car ils sont plus larges. La puissance du système passe de 6000 à 32000 watts. Tous les équipements sont à la fine pointe de la technologie.

Les promoteurs ont obtenu une aide gouvernementale de 2,1 M$ pour la rénovation. Le milieu a fait sa part pour un montant de 1,1M$, dont un million $ de la Ville de Montréal, 46 800 $ de l’arrondissement et 46 350 $ du Cégep André-Laurendeau.

Les travaux sont réalisés par la firme Pier-Jal. «L’échéancier est serré mais nous sommes dedans. Je siège aux réunions de chantier à titre de représentante du propriétaire,» explique Martine Mimeault.

Location de la salle

La Salle Jean-Grimaldi est louée régulièrement. «Les clientèles ethniques font leurs grands événements ici. On a reçu une star internationale hindoue et la salle était pleine à craquer. Nous accueillons des graduations d’écoles secondaires et les écoles de danse font leurs galas ici.»

Son cheminement de carrière

Martine Mimeault est native de Verdun. «J’habite la Rive-Sud depuis une dizaine d’années mais je continue à dire que je suis une Verdunoise qui couche en banlieue.»

«J’ai été coordonnatrice des événements spéciaux pour la Ville de Verdun. J’ai lancé les camps de jour aux serres municipales, les Rendez-vous d’été, etc. Ce qui a été prédominant, c’est le Rendez-vous mondial du cerf-volant, qui est parti de zéro. Je suis allée à Dieppe, en France, voir un festival semblable et on a inventé quelque chose avec l’ex-maire Georges Bossé, qui a duré au moins six ans.»

Elle a aussi dirigé la Chambre de commerce pendant quatre ou cinq ans, sans oublier un passage chez Transcontinental Médias.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!