Pour la députée néo-démocrate de LaSalle-Émard, Hélène LeBlanc, le projet de loi C-38 des conservateurs sur le budget est un «cheval de Troie» antidémocratique qui introduira une foule de changements aux lois qui protègent l’environnement, les pensions publiques et le système d’assurance-emploi.

«Je suis très inquiète des impacts profonds que ce projet de loi volumineux et abstrait aura sur plusieurs aspects de la vie au Canada. Beaucoup mauvaises surprises se cachent dans C-38», affirme Mme LeBlanc.

La députée de LaSalle-Émard soutient que le projet de loi est un «véritable monstre» de plus de 400 pages modifiant plus de 60 lois et règlements. «Afin de faire avancer son idéologie conservatrice, le gouvernement bâillonne la Chambre des communes pour limiter l’étude et les débats à sept jours. En somme, C-38 est donc un véritable cheval de Troie qui modifiera sournoisement la démocratie canadienne.»

C’est pourquoi le NPD a demandé au gouvernement de le scinder en sept parties afin que les comités parlementaires spécialisés puissent l’étudier en profondeur.

«Il est nécessaire de bien examiner chaque point de ce projet de loi un par un, et de s’assurer que toutes ses implications concrètes sur nos vies soient bien comprises par la population», explique Mme LeBlanc. Le NPD a décidé de mener ses propres consultations publiques à ce sujet, partout à travers le pays.

Parmi les changements inclus dans C-38, on note l’abrogation de la Loi sur l’évaluation environnementale, le retrait du Canada du Protocole de Kyoto, la diminution des bénéfices de l’assurance-emploi, des coupes dans les services aux anciens combattants et le rehaussement de deux ans de l’âge de la retraite pour les Canadiennes et les Canadiens.

«Je trouve que la façon de procéder du gouvernement conservateur est inacceptable. Il nous présente un projet de loi épais comme un bottin téléphonique, très complexe et rempli de dispositions très inquiétantes. Je vais m’assurer de bien informer les commettants de LaSalle-Émard sur les manœuvres des conservateurs», conclut Mme LeBlanc.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!