Une tempête secoue la Fondation de l’hôpital de LaSalle. Après 30 ans d’implication, dont 23 à sa présidence, André Langelier a été destitué par une majorité d’administrateurs dans des conditions controversées.

Les administrateurs lui reprochent sa gestion qualifiée d’archaïque. «Tout passait par lui et s’il tombait malade, nous étions dans le néant. On veut se moderniser», explique Richard Legros, vice-président de la Fondation.

M. Langelier, qui occupait ce poste bénévolement, a d’abord choisi de rester administrateur, mais a quitté quelques jours plus tard, lui qui est âgé de 73 ans. «Avec ce climat de méfiance, je ne pouvais rester», dit-il.

Document oublié?
Les administrateurs reprochent à M. Langelier d’avoir omis de leur remettre un document dans lequel les vérificateurs de la firme Raymond Chabot Grand Thorunton formulaient 23 recommandations pour améliorer la gestion de la Fondation.

Celui-ci soutient qu’il s’agit d’un oubli involontaire, mais les dirigeants ont jugé l’incident comme un bris de confiance. Richard Legros a découvert le document sur le site de la firme comptable et l’a remis aux administrateurs «qui sont restés bouche-bée parce qu’ils ne l’avaient jamais vu, alors qu’ils sont tous concernés».

«Dès que je l’ai su, je leur ai envoyé par courriel. Le document n’a rien de compromettant», se défend André Langelier

800 000$ en stationnement
Un autre litige, également soulevé par Raymond-Chabot, concerne la gestion des revenus des stationnements de l’hôpital qui rapportent 800 000$ par année.

Les deux employées de la Fondation étaient responsables de récolter l’argent et les dépôts se faisaient par une personne et n’étaient pas vérifiés par une seconde. «Ce n’est pas illégal, mais ce n’est pas sécuritaire. Ça va coûter 25 000$ à 30 000$, mais on va engager un comptable et une firme spécialisée», précise Richard Legros.

En agissant ainsi, André Langelier voulait sauver de l’argent. «J’avais l’autorisation de retirer un montant fixe par jour pour le change. Je prenais l’argent des stationnements et j’allais le déposer». L’ex-président reconnaît avoir parfois apporté à la maison l’argent dans un sac d’épicerie afin de le déposer le dimanche soir.

Par ailleurs, le conseil d’administration croit qu’il pourrait y avoir un risque de conflit d’intérêts, car la fille de M. Langelier est secrétaire de la Fondation depuis 15 ans. «Je n’accepterai jamais qu’on s’en prenne à ma fille qui fait de l’excellent travail», rétorque le président déchu.

Vote de destitution majoritaire
Le 9 septembre, neuf administrateurs sur 12 ont pris un vote de non-confiance, puis un vote de destitution. «Le motif du vote, c’est un manque de transparence. Nous n’avions pas le choix pour le bien de la Fondation», explique Richard Legros.

De son côté, André Langelier encaisse durement que sa réputation soit mise en doute. «J’ai perdu 15 livres. Une erreur involontaire pèse plus que tout le bien que j’ai fait pendant 30 ans».

Il a présidé la Fondation de 1988 à 1993 et de 1997 à 2015. «J’ai une passion pour cet hôpital et je n’ai rien fait d’illégal». Il dit avoir permis à la Fondation d’économiser plus d’un million $ au fil des ans.

Luciano Di Sante est président intérimaire de la Fondation créée en 1979.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!