:Alexandre Pouliot-Roberge Stefano Giliati gagne sa vie dans la KHL.

La saison régulière de la Ligue continentale de hockey (KHL) tire à sa fin et la lutte pour une place en séries éliminatoires est chaude. Dans la conférence de l’Ouest, le Medvescak de Zagreb est à quelques points d’avoir une chance de gagner la Coupe Gagarine. Stefano Giliati, natif de LaSalle, n’a toujours pas lancé la serviette.

«Nous avons travaillé très fort toute la saison. La majorité de nos gars n’avait jamais joué ensemble lorsque nous sommes arrivés au camp d’entraînement. Aujourd’hui, nous sommes comme des frères. Nous avons certes perdu deux de nos meilleurs joueurs, mais nous sommes capables de passer par-dessus. Nous avons tous les ingrédients pour remonter au classement. Nous allons nous battre jusqu’à la fin pour y arriver», confie Giliati.

Stefano en est à sa première saison dans la KHL. Il s’est expatrié en Europe à l’été 2011, après avoir passé trois saisons dans la Ligue américaine de hockey. L’an dernier, le LaSallois a joué pour le Blues de la ville finlandaise d’Espoo.

«Le calibre de la KHL est plus élevé qu’en Finlande. Certains joueurs font partie de l’élite mondiale. Après mes bonnes statistiques à Espoo, j’ai sauté sur l’occasion de jouer dans la Ligue continentale. Mon but a toujours été de faire mes preuves dans le meilleur circuit possible. C’est à Zagreb que j’ai la chance de la faire en ce moment».

Une ville de hockey
La Croatie n’est pas une grande puissance du monde du hockey. Beaucoup de gens se sont montrés sceptiques lorsque la KHL a décidé de s’implanter à Zagreb. Stefano est toutefois catégorique. Les Croates aiment le hockey sur glace.

«Les partisans adorent le hockey. Notre aréna est plein à presque toutes les joutes. Les Croates sont complètement fous durant les matchs. Dans la victoire comme dans la défaite, ils nous acclament à la fin des matchs. Nous sommes chanceux d’avoir un tel appui. Zagreb est indéniablement une ville de hockey!»

La capitale de la Croatie n’est pas seulement célèbre pour son club de hockey. La ville est un grand centre culturel des Balkans et le poumon économique du pays. Comme à Montréal, on y trouve plusieurs communautés culturelles. Ayant grandi dans une famille italienne de l’île de Montréal, Stefano n’est donc pas très dépaysé dans ce pays.

«J’ai joué durant une année à Bolzano. Je n’ai donc pas eu de choc culturel, puisque Zagreb est très proche des villes italiennes. Je me sens à la maison lorsque nous jouons à domicile. En fait, je me sens un peu comme à LaSalle lorsque je vais dans mon resto favori. À Zagreb, il y a une forte communauté italienne et on trouve beaucoup de restaurants italiens. Je crois que c’est la plus grande ressemblance entre ces deux villes».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!