Archives TC Media Adam Capannelli a tout ce qu'il faut pour améliorer ses coéquipiers et déstabiliser ses adversaires, selon son entraîneur Jon Goyens.

Adam Capannelli, le capitaine des Lions du Lac Saint-Louis, connait des séries phénoménales, avec une récolte de 12 buts et 21 points en seulement 11 matchs.

En tête des pointeurs du tournoi de la coupe J.-Ferrari, le LaSallois sera l’un des joueurs à surveiller durant la finale qui opposera l’équipe montréalaise aux Cantonniers de Magog, débutant le 25 mars.

Le jeune LaSallois de 16 ans s’attire les éloges de son entraîneur Jon Goyens. Celui-ci affirme sans retenue que son attaquant réussit à élever son niveau de jeu dans les moments importants. «Quand c’est le temps de jouer dans les séries, on voit chaque fois la meilleure version d’Adam».

Joueur rapide, celui qui arbore le numéro 20 a développé ses aptitudes au point de devenir une menace constante pour ses adversaires. «Il n’est pas juste un joueur qui va essayer de déjouer le gardien de but, qui va chercher avec faire de la dentelle, estime Jon Goyens. Il a amélioré son tir du poignet en patinant, tout comme sa capacité à distribuer la rondelle à ses coéquipiers».

Avec un style de jeu axé sur la possession de rondelle, un leader comme Adam Capannelli est certainement un avantage pour le groupe d’entraîneurs, qui tentent d’améliorer la confiance de tous leurs joueurs.

Le pilote des Lions affirme que son attaquant rend ses coéquipiers meilleurs, qu’il prend en main le succès de l’équipe. Il aide les joueurs non seulement sur la patinoire, mais aussi hors glace.

Le jeu des comparaisons
Jon Goyens l’avoue d’emblée, il n’aime pas trop faire des comparaisons entre ses joueurs et des athlètes professionnels établis dans la Ligue nationale. Après un moment d’hésitation, il lance un nom, peu connu pour les amateurs de hockey montréalais.

«Cam Atkinson, de Columbus, laisse-t-il tomber. Il n’est pas le plus grand, mais ses habiletés avec la rondelle sont de haut niveau et il est très, très rapide». Cet allier droit de 26 ans a dépassé pour la première fois de sa carrière la marque des 25 buts et revendique près de 50 points, pour la saison en cours.

Pour le futur, que ce soit dans la Ligue junior majeure du Québec, dans laquelle ses droits appartiennent au Drakkar de Baie-Comeau, ou dans un collège américain, l’entraîneur croit qu’Adam Capannelli a tout ce qu’il faut pour obtenir un poste régulier. «On ne peut pas acheter l’expérience qu’il a vécue ici, avec deux années de suite en finale et un titre de capitaine».

Et s’il conçoit que son joueur vivra des hauts et des bas, M. Goyens insiste pour dire qu’il croit qu’il possède ce qu’il faut pour gérer sa confiance, y allant d’une comparaison avec la course. «Le hockey, il faut l’approcher comme un marathon, plutôt que comme une course de 100m. Pour avoir du succès, il vaut mieux aborder notre sport de cette façon.»

Les troisième et quatrième matchs de la finale seront disputés au centre civique de Dollard-des-Ormeaux, les 2 et 3 avril, à 19h.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!