Ryan Remiorz S'il est reconnu coupable, Nicholas Fontanelli pourrait écoper d'une peine de prison de 25 ans.

La Couronne a l’intention d’appeler à la barre rien de moins que 25 témoins lors des audiences préliminaires du procès de Nicholas Fontanelli, accusé du meurtre prémédité de sa fiancée Samantha Higgins et d’outrage à un cadavre.

Lors de la comparution de l’accusé au palais de justice de Montréal le 29 mars, le procureur de la Couronne, Me Louis Bouthillier, a demandé à la Juge Hélène Morin de la Cour du Québec de réserver une période de deux semaines pour ces audiences préliminaires qui se mettront en branle le 28 novembre.

Puisque la Défense conteste l’accusation de mort au premier degré, Me Bouthillier veut faire entendre plusieurs témoins, dont trois experts, pour cette première étape qui devrait durer deux semaines. Selon lui, le procès pourrait avoir lieu en 2017.

D’un avocat à l’autre
Nicholas Fontanelli a été forcé de se trouver un nouvel avocat en octobre pour le défendre en raison d’un possible conflit d’intérêts. Me Jean-Marc Tremblay avait déjà représenté un membre de sa famille dans un autre litige.

De retour en cour le 8 février, l’accusé avait finalement retenu les services de l’avocat Me Marc Labelle, reconnu pour avoir défendu plusieurs tueurs en série, dont William Fyfe et Michael McGray.

Triste rappel
Disparue dans la nuit du 6 juillet 2015, Samantha Higgins, 22 ans, a connu une fin terrible. Son corps démembré a été retrouvé 72 heures plus tard, dans un secteur isolé de Hinchinbrooke, près de la frontière américaine. Le corps mutilé se trouvait dans un sac-poubelle, dissimulé sous un pont.

Nicholas Fontanelli a été arrêté par la Sûreté du Québec à son domicile de la rue David-Boyer à LaSalle, le 13 juillet, une semaine après la disparition de la jeune maman.

Le couple se connaissait depuis sept ans, était fiancé depuis peu et avait deux jeunes enfants. La victime a grandi dans Pointe-Saint-Charles et sa famille habite toujours ce secteur.

S’il est reconnu coupable, l’homme de 23 ans est passible d’une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!