Hugo Lorini/TC Media L'agglomération de Montréal dépensera jusqu'à 696 000$ en frais de relocalisation temporaire de 24 employés de l'usine Charles-J.-Des Baillets.

Des retards de plusieurs mois dus à des procédures administratives dans la planification de travaux au bâtiment administratif de l’usine de production d’eau potable Charles-J.-Des Baillets, feront augmenter les coûts de délocalisation d’employés de plus de 315 000$, une facture qui devra être acquittée par l’agglomération.

Le conseil de Ville a autorisé cette dépense lors de sa dernière rencontre, le 18 avril. Le déplacement des employés, qui devait s’échelonner sur une période de 18 mois, en durera finalement 28.

Les 24 travailleurs du laboratoire et secrétaires de la Division de l’expertise technique du Service de l’environnement œuvrant dans l’usine Charles-J.-Des Baillets logent depuis novembre 2014 dans un bâtiment du Conseil national de recherches Canada, au 6100, avenue Royalmount, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

L’agglomération de Montréal y loue présentement une superficie de 773 mètres carré au premier étage de l’édifice, occupant sept bureaux et cinq laboratoires, au coût de près de 20 000$ par mois. «Cette location permet d’assurer un bon suivi de la qualité de l’eau potable pour les six usines de production, pour quatorze réservoirs et pour les réseaux de distribution de l’eau potable», peut-on lire dans le sommaire décisionnel du conseil municipal du 18 avril.

La facture que devra désormais acquitter l’agglomération pour la délocalisation des employés qui travaillaient dans le bâtiment administratif situé sur le boulevard de la Vérendrye atteint maintenant près de 696 000$ en frais de loyer et de déménagement.

Vérifications supplémentaires
Cette extension de la délocalisation des employés découle notamment du fait qu’un seul soumissionnaire avait déposé une candidature, lors de l’appel d’offres pour les travaux à l’usine de traitement des eaux.

Avant d’octroyer le contrat à la seule soumissionnaire, la Ville de Montréal a dû demander une deuxième analyse des coûts par une firme externe, engendrant ainsi des délais pour le commencement des travaux.

«Il s’agissait d’une vérification supplémentaire qui permettait de s’assurer de la conformité de celui-ci», explique Philippe Sabourin, du service des communications de la Ville. Le contrat a finalement été octroyé en juin 2015 à l’unique soumissionnaire, Céleb Construction inc., pour une valeur de 9 074 401$.

Les travaux de l’entreprise devraient se terminer en septembre 2016, quinze mois après leur début, mais d’autres aménagements devront être complétés avant que les employés puissent réintégrer leur lieu de travail, ce qui pourrait repousser leur retour jusqu’en février 2017.

«Les opérations n’entravent aucunement notre capacité de production d’eau potable», souligne Philippe Sabourin.
L’usine Charles-J.-Des Baillets a été inaugurée en 1978 et puise son eau dans le fleuve Saint-Laurent. Elle en traite 1 136 000 mètres cube par jour et dessert tous les arrondissements de Montréal, sept municipalités de l’île et la ville de Charlemagne.

Le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP), qui représente les employés relocalisés, n’a pas pu répondre à nos questions avant la publication de ce texte.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!