Photo TC Media - Archives La partie sud du boulevard Saint-Laurent aura un tout autre visage sur le moyen terme, si le règlement concernant la taille maximale des débits de boisson et restaurant est approuvée au conseil d'arrondissement, le 3 novembre prochain.

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal aura battu des records de plaintes de bruits d’ici la fin de l’année. Pour août seulement, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a enregistré 30% plus de plaintes que l’année dernière à pareille date. La météo serait en cause.

«L’augmentation des plaintes de bruits est généralement attribuable à la température. Lorsqu’il fait chaud, les gens ouvrent leurs fenêtres et portent plainte en plus grand nombre», indique l’inspecteur du poste de quartier 38, Benoît Amyot.

Du 1er janvier au 31 août 2016, le 911 a enregistré 3517 appels pour bruit, soit presque le nombre total des plaintes de 2014, totalisant 3533. D’ici la fin de l’année, le nombre risque aussi de battre celui de 2015, soit de 3855 appels au 911 pour ce désagrément.

«On a une hausse significative du nombre de demandes. On a eu un été chaud, alors ça une incidence. On remarque toujours un grand nombre de plaintes de la mi-avril à septembre. Les mois d’hiver, on n’en a pratiquement pas», continue M. Amyot.

Les parcs auraient toutefois été de moins grandes sources de désagréments sonores cet été que par les années passées.

«On a beaucoup moins de plaintes qu’avant, depuis qu’on a des gardiens de parc. On a quand même dû vider les parcs Sir-Wilfrid-Laurier et La Fontaine à deux reprises pendant la saison estivale», affirme l’inspecteur.

Établissements problématiques
De nombreux citoyens étaient venus se plaindre d’établissements licenciés bruyants lors du dernier conseil d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, le 6 septembre.

«Une source vraiment importante des problèmes de bruit dans mon secteur est le café Campus. C’est une situation qui semble un peu hors de contrôle et c’est très régulier cette situation-là. On s’attend pas à ce que ce soit silencieux à 9h, mais à 11h-minuit, on s’attend à ce que ce soit sous contrôle», a déploré un riverain de la rue Prince-Arthur, Samuel Lancereau.

Même son de cloche de la part d’autres voisins d’un pub sur la rue Marquette, dont une pétition de 49 noms a été déposée à l’administration publique.

«On a des bruits perturbateurs provenant de la Maison publique. Les convives sont plus forts que la musique. Ce n’est pas à nous de fermer nos fenêtres, alors qu’on était là avant, pour que le propriétaire du commerce puisse bénéficier des fenêtres ouvertes», déplore Stéphanie Fecteau.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus