Le Plateau-Mont-Royal sévit contre un propriétaire négligent. L’arrondissement a entrepris des mesures judiciaires pour obliger la démolition de l’immeuble situé au 3476, rue Saint-Dominique, en état de délabrement avancé depuis 2010.

«Ça fait au moins dix ans (que le dossier traîne). Il y a eu des squatteurs, des incendies. On a rencontré le propriétaire à de nombreuses reprises. Il avait promis de barricader. Il ne l’a pas fait. Après, il avait promis de procéder à la démolition, il ne l’a pas fait. Notre patience a des limites. On va procéder par injonction», indique le maire Luc Ferrandez.

L’administration locale a mandaté ses services judiciaires pour pouvoir contraindre le propriétaire à démolir. Les services de la Ville ont dû installer des clôtures pour sécuriser le pourtour de la structure à deux reprises dans les six dernières années.

Le propriétaire a reçu depuis 2010 un total de sept avis et 12 constats d’infractions pour non-conformité par l’arrondissement.

Une demande de permis de démolition a été déposée devant le comité consultatif d’urbanisme en 2014.

Le 4 novembre de la même année, la demande a été acceptée, à condition d’une garantie bancaire de 25 000$, valide pour 24 mois afin d’assurer la réalisation des travaux de démolition et de fournir une attestation par laquelle le propriétaire s’engageait à assurer la protection des murs partagés avec le bâtiment au nord contre le gel à l’aide d’un revêtement incombustible.

Le permis de démolition a finalement été révoqué le 8 juin 2016, puisque le propriétaire avait refusé de se conformer à ces deux conditions. Le bâtiment continue à être un lieu de «squatt» et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) serait appelé à y intervenir régulièrement, selon l’arrondissement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus