Denis Beaumont/Métro Le domaine privé des commerçants, tout comme le domaine public, sera mis en avant.

Après les travaux qu’a connue la rue Saint-Denis l’année dernière et les moments difficiles pour certains commerces, cette dernière va être revitalisée au mois de juin entre les rues Roy et Gilford, avec le projet permanent «Fréquence» créé par la Société de développement commerciale (SDC) de la rue.

Pour redynamiser la rue et mettre en valeur ses commerces, la SDC Saint-Denis a collaboré avec l’organisme Conscience urbaine qui travaille en inclusion avec des citoyens ou des groupes locaux pour développer des milieux de vie.

Soutenu financièrement par l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et la Ville de Montréal, qui a fait don à la SDC du mobilier de la Grande Terrasse Rouge, «Fréquence», sera lancé le 15 juin et visera de façon permanente, entre autres, à utiliser les espaces inoccupés en face des commerces.

Un marquage au sol de couleur jaune sera réalisé devant chaque boutique et entreprise. Des  milieux de vie conviviaux seront créés avec des bacs de verdissement, des espaces animés et du mobilier urbain, autant sur l’espace privé que sur l’espace public.

Aussi, un projet de placottoir sera mis en place sur la rue avec la collaboration de l’arrondissement du PMR, selon Fanie St-Michel, directrice générale de Conscience urbaine et directrice artistique de St-Denis.

Les matériaux de la Grande Terrasse Rouge, qui était destinés à affaiblir les ennuis causés par les travaux seront recyclés pour concevoir le mobilier urbain.

Projet participatif et inclusif

La SDC veut créer de la vitalité dans la rue pour contrebalancer la chute des chiffres d’affaires et la fermeture de plusieurs commerces l’année passée dû à ces travaux.

«On veut faire savoir aux gens que nous avons près de 300 commerces, souligne Caroline Tessier, directrice générale de la SDC Saint-Denis. Du divertissement et de l’animation seront au rendez-vous».

Les commerçants, qui pourront participer au projet, auront la possibilité d’utiliser le mobilier urbain sur leur espace privé. «On veut que ce soit un projet participatif et inclusif c’est pourquoi nous avons fait appel à Conscience urbaine qui travaille en inclusion et qui a consulté les commerçants pendant deux mois pour faire naître ce projet», mentionne Mme Tessier.

Fanie St-Michel ajoute en effet que ce projet est réalisé de chœur avec tous les commerçants: «nous avons effectué du porte-à-porte et ciblé les commerces qui avaient des terrains inutilisés afin qu’il les mette en valeur. C’est une première que les commerçants acceptent que l’on utilise leur domaine privé».

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!