Collaboration spéciale J'aime le Mile End 2017 Yves Desjardins lors du lancement de son livre jeudi 18 mai à la Bibliothèque Mordecai-Richler.

Le quartier du Mile End a enfin son histoire en livre, grâce à Yves Desjardins, ancien journaliste et administrateur de «Mémoire du Mile End», l’association d’histoire locale du quartier.

Alors qu’aucune synthèse d’articles et d’études du Mile End n’existe, Yves Desjardins espère combler ces lacunes.

Publié depuis le début du mois de mai aux éditions du Septentrion, «Histoire du Mile End» est un projet commencé il y a cinq ans alors que l’auteur s’inquiétait de ce Mile End «fatigué», un quartier «branché, hipster et où les modes sont éphémères», explique-t-il.

En écrivant la biographie du quartier, il a voulu démontrer que ce n’est pas un hasard si ce dernier est devenu ce qu’il est aujourd’hui.

«Cela tient à ses racines, c’est un quartier qui a souvent changé d’identité et on risque de les oublier, alors qu’elles sont au cœur de ce qu’est le Mile End», lance ce passionné d’histoire.

Aussi, il était important pour lui d’écrire cette biographie pour montrer la résilience du Mile End, condamné très souvent et aujourd’hui vu «comme un quartier bobo qui expulse les créateurs qui en ont fait un lieu attirant, devenu une enclave d’intellectuels riches.»

Se basant sur des sources solides, Yves Desjardins est fier de présenter aux Montréalais un livre écrit de façon rigoureuse et avec du matériel inédit.

«Aujourd’hui grâce à la numérisation des sources d’archives, on peut faire des recherches par mots-clefs, ce qui permet de faire des recoupements qui seraient presque impossibles à réaliser manuellement», explique-t-il.

Il s’est rapidement rendu compte qu’il y avait très peu de monographies sur le sujet. La plus à jour, selon lui, est la série «Pignon sur rue» qui trace le portrait des quartiers montréalais.

«Depuis le début des années 1980, il n’y a pas eu de mise à jour, je me suis tourné vers les archives pour compléter les trous importants du XXe siècle», Yves Desjardins.

Avec une approche chronologique, Yves Desjardins commence son livre en abordant l’occupation amérindienne, en passant par la cohabitation multiculturelle que le Mile End a pu connaître au XXe siècle – et encore aujourd’hui, pour le finir en parlant de la période contemporaine.

«Je n’ai pas voulu faire un ouvrage académique qui s’adresse seulement à un public d’érudits ou d’universitaires, souligne-t-il. J’ai voulu en faire une synthèse, un ouvrage grand public, c’est pourquoi il y a une trame narrative avec beaucoup d’anecdotes qui font partie de l’histoire du quartier.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!