Collaboration spéciale Gaetan Sauriol Gabriel Deschambault de la Société d'histoire, la députée Manon Massé, l'abbé Leboeuf qui célèbre la messe en langue des signes à la chapelle depuis plus de 50 ans et Richard Ouellet, président de la SHP.

Une plaque historique de l’ancienne Institution des Sourdes-Muettes a été inaugurée par la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal la semaine dernière. Un bulletin spécial de 40 pages, relatant l’histoire de cet ancien bâtiment, est disponible présentement sur demande.

L’Institution, datant de 1851, a été inaugurée mercredi 21 juin dernier grâce à une plaque historique, en présence de nombreuses personnes émues et heureuses de voir cela enfin arriver.

Plusieurs anciens élèves figuraient parmi les invités, ainsi que des membres de la communauté sourde, des sœurs de la Providence, des sœurs Notre-Dame des Douleurs, des membres de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal et des historiens.

Le maire de l’arrondissement du PMR, Luc Ferrandez, ainsi que la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, étaient également présents.

«Des lieux historiques aussi important dans le Plateau-Mont-Royal il n’y en a pas tant que ça, mais celui-là est très important et on voulait lui rendre hommage», explique Myriam Wojcik, historienne et chargée de communication de la Société d’histoire du PMR.

Un bulletin de 40 pages a également été lancé cet été afin de rappeler le précieux héritage de cette Institution. «Depuis nos 11 ans d’existence, on en crée quatre par année mais celui-là fait 40 pages, car c’est un bâtiment de grande importance», ajoute Mme Wojcik.

L’Institution est présentement à vendre et la Société d’histoire fait pression sur le ministère de la Culture et des Communications pour que le bâtiment soit classé patrimonial.

«On souhaite le faire classer en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Nous avons envoyé deux lettres au ministère de la Culture et des Communications (MCC), mais ce dernier nous a répondu que ce n’était pas un bâtiment à valeur patrimoniale nationale, mais locale, donc il ne pouvait pas le classer», regrette-t-elle.

Pour la Société d’histoire, l’Institution est d’intérêt national car plus qu’un édifice ancien, ce bâtiment a abrité la première école pour fillettes sourdes au Canada.

«Comme les registres des sœurs de la Providence le prouvent, des élèves du Québec, mais aussi du reste du Canada et de plusieurs États américains ont fréquenté cette école, c’est ça que n’a pas retenu le MCC. Ce n’est pas que des pierres, c’est un site historique qui dépasse largement l’intérêt municipal», souligne l’historienne.

Les personnes qui désirent se procurer le bulletin doivent appeler au centre de documentation et laisser un message au 514-563-0623. Tous les membres le reçoivent pour leur part par la poste ou envoi électronique.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!