Collaboration spéciale Audrée Archambault C'est sur son compte Instagram qu'Audrée donne des indices au public pour trouver les livres.

Après la Fée du Mile End, voici la Fée des livres du Plateau-Mont-Royal. Passionnée de littérature depuis l’enfance, Audrée Archambault, résidente du Plateau, sème des livres dans le métro depuis plusieurs mois dans le but de rendre ce médium plus accessible et de partager son amour de la lecture.

Tout a commencé avec sa chaîne Booktube «Elle M bouquiner». La jeune femme, étudiante en étude littéraire, se cherchait un projet l’année dernière pour donner une deuxième vie à tous ses bouquins, envoyés la plupart par des maisons d’édition depuis près de deux ans.

«J’ai cherché comment je pouvais les redonner et c’est là que j’ai appris l’existence d’un mouvement international qui donnait des livres dans le métro dans plus de 20 villes différentes de 14 pays comme en Inde, en Australie, en Angleterre et aux États-Unis», souligne Audrée Archambault, convaincue qu’il fallait faire naître ce concept à Montréal.

Elle a ainsi proposé son projet aux maisons d’édition avec qui elle collaborait déjà et toutes ont aimé le concept. Elles continuent donc de lui envoyer régulièrement des nouveautés sorties depuis peu en librairie afin que la jeune femme les sème dans le métro.

Audrée, qui a maintenant caché plus de 200 livres depuis le mois de décembre, publie des indices en vidéos sur son compte Instagram pour annoncer au public l’endroit où elle part déposer les livres. Les usagers du transport en commun finissent soit par les trouver par hasard, soit en suivant ses indications.

#Livresdanslemetro

Des autocollants «Livres dans le métro» sur la couverture et à l’intérieur des livres proposent aux lecteurs-chanceux, grâce à des instructions, d’emporter le livre avec eux et de prendre le temps de le lire, en espérant que ces derniers les redéposent ensuite dans le métro et utilisent le mot clé #Livresdanslemetro sur les réseaux sociaux avec une photo de la trouvaille.

«C’est du pur plaisir de faire ça, je ne suis pas toujours là pour voir quand les gens prennent un livre, mais c’est déjà arrivé que je voie des étrangers en trouver un et le prendre alors qu’ils ne parlaient pas le français. S’ils ne l’avaient pas trouvé, ils n’auraient peut-être jamais acheté un livre francophone», remarque la passionnée de lecture.

Cette démarche permet ainsi de donner accès à des livres à des personnes qui ne vont pas avoir le réflexe de lire ou d’acheter un livre.

«Peut-être que le fait d’en trouver un va les encourager à l’ouvrir par curiosité, puis ça va leur donner envie d’en lire un autre», Audrée Archambault.

«Même si le livre que j’ai déposé n’est pas remis de nouveau dans le métro, ce n’est pas grave, ce n’est pas ça le but ultime de l’exercice», lance-t-elle.

Cet été, par sa chaîne YouTube, Audrée Archambault collabore avec la Société de Transport de Montréal (STM) pour la réalisation d’une série de six capsules. Elle y  présente l’envers du décor de Livres dans le métro et rencontre des auteurs, comme dernièrement Simon Boulerice, avec qui elle dépose des livres dans les stations.

La mordue de livres cherche en ce moment des Fées des livres comme elle qui voudraient bien l’aider dans son projet.

«Il y a des endroits où je ne passe jamais donc je n’y dépose aucun livre, j’aimerais que les gens puissent m’aider pour couvrir toutes les stations de la STM», explique celle qui a déjà lancé un appel à candidature sur sa page Facebook.

Dans l’absolu, elle aimerait également que les gens puissent eux-mêmes déposer leurs livres dans le métro avec ses autocollants. Une idée qui trotte dans sa tête et qui pourrait bien germer dans les prochains mois.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!