Collaboration spéciale Vélo Festif Mtl Sept parcours de 1h30 à 2h chacun sont proposés, dont des parcours festifs, classiques et gourmands.

Découvrir Le Plateau-Mont-Royal ou Rosemont-La-Petite-Patrie en faisant la fête sur un vélo à 18 places, c’est le défi que se sont lancés deux cousins montréalais, Gabriel et Frédéric Campeau avec Vélo Festif Montréal, il y a maintenant quatre ans.

Inspirés d’un voyage à Portland en Oregon en 2015, où il y existait des BrewCycle, les deux cousins ont décidé eux aussi de faire découvrir la ville aux touristes et aux Montréalais, tout en s’amusant sur un vélo du mois de mai à septembre.

Leurs quadricycles, entièrement à propulsion humaine, sont généralement utilisés pour des anniversaires, des enterrements de vie de jeune fille, mais aussi à titre corporatif pour des Team building.

Les deux associés proposent aujourd’hui sept parcours de 1h30 à 2h chacun à travers les deux arrondissements, dont des parcours festifs, classiques et gourmands.

Tournée des bars sur l’avenue du Mont-Royal ou sur la promenade Masson, formule bière et pique-nique dans un parc, ou encore 5 à 7, Brunch Deluxe ou visite du Mile End et de ses commerces, Vélo Festif Mtl propose une offre ludique qui roule au rythme de la musique.

«On crée une bonne playlist et les gens chantent et crient sur le vélo. On fait quand même attention à bien respecter des heures de circulation pour ne pas déranger le voisinage, on fait des itinéraires différents pour ne pas toujours passer sur les mêmes rues», explique Frédéric Campeau.

Nul besoin de permis pour circuler, étant donné qu’il s’agit d’un véhicule sans moteur. Il suffit simplement d’avoir l’accord des arrondissements concernés. En 2015, le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, n’avait d’ailleurs pas très bien accueilli le Vélo Festif en raison de plaintes de la part de citoyens.

À l’heure actuelle, il le tolère sur son territoire «tant qu’il ne trouble pas la paix publique, et qu’il respecte les règlements entre autres pour la consommation d’alcool et le bruit», commente Catherine Piazzon, chargée de communication à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

«Les premières années, on ne savait pas trop, on circulait tard. Mais les années suivantes on s’est ajusté en faisant des journées de 10h à 20h, on ne circule pas la nuit», précise M. Campeau, ajoutant être en communication constante avec l’arrondissement pour connaître les endroits où circuler selon les fermetures de rue lors d’évènements.

Il est interdit de boire sur le vélo, cependant les parcours du Vélo Festif s’arrêtent souvent dans des bars de quartier ou bien dans des pars comme le parc Laurier, le parc La Fontaine, ou le parc René-Lévesque.

«Dans les parcs, on fournit le pique-nique et le café et les gens peuvent amener leur alcool s’ils le souhaitent. On a des ententes avec des commerces, donc on arrête aussi dans des bars prendre un verre ou manger un bagel, une poutine ou un smoke meat», raconte Frédéric Campeau.

Les deux cousins ont déjà apporté leurs quadricycles lors de divers évènements dans Montréal-Nord, Ahuntsic et dans plusieurs villes comme à Québec, Blainville et Drummondville.

«C’est un concept qui s’exporte bien pour découvrir d’autres municipalités entre amis», souligne Frédéric Campeau, qui assure être en contact avec la ville-centre pour étendre le concept dans le Vieux-Montréal, afin d’y faire un tour spécial historique et familial dans les prochaines années.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!