L’ancien slogan de la sauce Classico résume bien l’esprit du premier festival Mural: miser sur le caractère unique et authentique Montréal afin que celle-ci se démarque des autres grandes villes. Pour ce faire, des artistes des quatre coins de la planète afflueront sur la Main, du 13 au 16 juin, pour peindre des fresques grâce auxquelles, la métropole québécoise montrera sa vraie couleur.

« Avec mes collègues, on a visité plein d’endroits dans le monde et on a remarqué que la créativité était célébrée partout, de manière très organique, tout en étant très organisée. On s’est dit pourquoi ne pas faire la même chose ici à Montréal. On a invité nos amis créateurs pour qu’ils nous montrent de quoi ils sont capables, mais aussi de quoi notre ville est capable », explique André Bathalon, l’un des organisateurs et coporte-parole de l’événement.

« On veut faire rayonner Montréal au travers du boulevard Saint-Laurent », indique pour sa part Glenn Castanheira, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du boulevard Saint-Laurent.

Durant quatre jours, 35 créateurs en arts visuels d’ici et d’ailleurs s’activeront sur le tronçon compris entre l’avenue du Mont-Royal et la rue Sherbrooke, qui sera fermé à la circulation pour l’occasion. Au total, une vingtaine de murales seront réalisées à même les bâtiments bordant l’artère commerciale.

Loin d’être une fin en soi, les oeuvres seront appelées à évoluer avec le temps.

« La nature même du street art réside dans son caractère éphémère. Certains canevas vont être retouchés. D’autres, de par leur complexité, vont probablement être conservés plus longtemps. Mais, au final, c’est la réponse du milieu envers certaines œuvres va faire en sorte qu’on va décider si on les conserve ou si on les repeint », fait valoir M. Bathalon.

L’événement, qui mise sur le savoir-faire de la relève artistique, proposera également des expositions, des activités familiales et des soirées thématiques.

Petit festival deviendra grand

L’objectif pour cette première mouture du festival est ambitieux: on souhaite accueillir un minimum de 500 000 visiteurs. Du côté des organisateurs, on est tellement confiant que le projet « fera des petits », qu’une entente de cinq ans a été conclue entre les deux organisations qui chapeautent l’événement, soit la société de développement commercial (SDC) du boulevard Saint-Laurent et LNDMRK.

Dans les prochaines années, le festival pourrait élargir son mandat et accueillir de nouvelles disciplines artistiques, annonce M. Bathalon.

« Ce sont les esprits créateurs qui font que Montréal est sur la map et est vue à l’international. On veut maximiser cette création-là et montrer que l’art, ce n’est pas juste de la musique et de la danse, c’est aussi en arts visuels.

« La porte d’entrée en arts visuels, c’est la murale, mais l’art public, c’est plus que ça. C’est une intégration d’œuvre dans son milieu, peu importe la forme », soutient-il, avouant avoir plein d’idées pour la deuxième année.

On peut consulter la programmation complète du festival Mural au http://www.muralfestival.com.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!