Dans les prochains jours, les résidents du Plateau-Mont-Royal recevront par la poste l’enveloppe tant redoutée : celle contenant leur compte de taxes municipal. La facture s’annonce encore une fois salée, en raison de l’évaluation foncière des bâtiments du secteur. Malgré tout, l’administration locale se targue d’avoir réussi à maintenir au plus bas la taxation locale (taxe d’arrondissement).

Pour l’année 2013, les propriétaires devront débourser 0,0278 $ du 100 $ d’évaluation foncière en taxe d’arrondissement, comparativement à la moyenne montréalaise de 0,0857 $ du 100 $ d’évaluation.

La taxe d’arrondissement comprend la taxe locale d’investissement, à laquelle peut s’ajouter une taxe locale spéciale. Dans le cas du Plateau-Mont-Royal, l’administration locale a décidé de ne pas avoir recours à une telle mesure.

« C’est pour cette raison qu’il y a un gros écart entre la taxe d’arrondissement du Plateau et la moyenne montréalaise. Ce taux représente l’ensemble des taxes (locale et spéciale). La taxe d’arrondissement pour le Plateau est parmi les plus faibles, car notre budget d’investissement est très modeste. On est largement en deçà de la moyenne », explique François Landry, attaché politique au cabinet de Luc Ferrandez.

Taxes municipales

Ainsi donc, le fardeau fiscal des résidents du Plateau-Mont-Royal sera « alourdi » de 4,6 %, plutôt que de 5,7 %, tel qu’annoncé en novembre dernier. Rappelons qu’à la suite des allégations de corruption et de collusion à la Ville de Montréal, formulées dans le cadre de la Commission Charbonneau, le dévoilement du compte de taxes des contribuables montréalais avait causé un tollé. La Ville-centre a donc révisé son exercice budgétaire et a aboli la taxe d’eau, faisant passer la hausse moyenne de taxation de 3,3 % à 2,2 %.

Toutefois, la hausse des rôles d’évaluation foncière fera encore mal aux propriétaires immobiliers du Plateau. Dans l’arrondissement du maire Ferrandez, la variation des valeurs des immeubles a été de 34,7 % entre 2011 et 2013, comparativement à 23,5 % pour l’ensemble du territoire montréalais.

« Cette hausse a un impact direct sur le compte de taxes de nos résidents, mais demeure hors de notre contrôle : d’une part, c’est le marché qui détermine la valeur des propriétés du Plateau et, d’autre part, les taux de taxation sont fixés par la Ville-centre. Et cette dernière accapare encore une fois, cette année, une portion trop importante des revenus issus de la création de la richesse foncière de notre territoire. C’est ainsi que, même si nous n’augmentons pas le fardeau fiscal des résidents du Plateau, ceux-ci subissent une hausse constante de leur compte de taxes », a laissé savoir M. Ferrandez, par voie de communiqué.

Le budget pour les nuls

Trève de chiffres. Voici de quoi aura l’air le compte de taxe d’un propriétaire immobilier du Plateau-Mont-Royal dont la valeur de son bâtiment est évaluée à 300 000 $.

Sa facture sera de 2841 $. De ce montant, 2607 $ iront à la Ville-centre, tandis que 233 $ seront retournés à l’arrondissement, qui divisera cette enveloppe comme suit : 83 $ pour les investissements (budget du Programme triennal d’immobilisations) et 150 $ pour les services (une portion du budget de fonctionnement du Plateau-Mont-Royal).

Dans le budget de fonctionnement de l’arrondissement, on compte également la dotation en provenance de la Ville-centre et les tarifs locaux (parcomètres, vignettes de stationnement, etc.).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!