Les cyclistes hivernaux risquent d’être déçus. Le Réseau blanc, un système de 42 kilomètres de chaussée cyclable en hiver chevauchant les arrondissements Ville-Marie, Rosemont – La Petite-Patrie, et Le Plateau-Mont-Royal, ne sera pas complètement déneigé. C’est ce qu’a annoncé Luc Ferrandez.

 

Dévoilé en 2008, le projet de Réseau blanc n’a jamais réellement vu le jour. En effet, les pistes du Plateau n’ont jamais été complètement déneigées, faute d’argent. Cette année ne fera pas exception, malgré le dernier hiver clément. Des économies réalisées en raison des faibles précipitations de neige, l’an passé, avaient donné bon espoir au maire du Plateau que le projet se concrétiserait cette saison.

Le principal obstacle à l’implantation d’un véritable Réseau blanc serait l’absence de liens cyclables reliant les arrondissements.

« Ça pose problème, car celles sur le boulevard Saint-Laurent et la rue Masson, vers Rosemont, n’ont pas été construites. Par contre, on va déneiger ce qu’on peut », a laissé savoir M. Ferrandez.

Un « réseau » restreint

Le maire du Plateau-Mont-Royal affirme que toutes les pistes « protégées par un muret » ainsi que les bandes cyclables – qui se trouvent entre la voie de circulation et les voitures garées – seront entretenues, contrairement aux pistes délimitées par des bollards (qui elles, se trouvent entre le trottoir et les véhicules stationnés).

Les principaux axes, soit ceux des rues Saint-Urbain, Milton, Gilford, Fullum et de l’avenue Laurier, seront donc déneigés. La rue Rachel aussi sera déblayée, à quelques exceptions près.

« On ne s’occupera pas de la portion de la piste de la rue Rachel menant vers Rosemont qui n’est pas protégée par un muret. La raison est simple: on ne peut pas avoir une piste protégée par des bollards en hiver, car ça ne tough pas au déneigement. Sauf que si on les enlève, on n’a pas confiance que les automobilistes respectent l’espace des cyclistes. On craint que certains stationnent leur véhicule en bordure de trottoir et d’autres, non. Les vélos devront donc zigzaguer. Il y a aussi certains endroits où le dégagement nécessaire entre les voitures et le trottoir n’est pas suffisant pour laisser passer la chenillette », explique M. Ferrandez.

Entretien

Les normes de déneigement seront les même que celles de Rosemont – La Petite-Patrie, a assuré M. Ferrandez.

Avec moins de 2,5 centimètres de neige tombée, l’arrondissement procédera à l’épandage d’abrasif sur les pistes cyclables en même temps que sur le reste du réseau routier et des trottoirs. À plus de 2,5 cm, l’arrondissement utilisera les équipements nécessaires pour enlever la neige des pistes. Et comme partout sur les rues et trottoirs de l’arrondissement, à 15 cm de neige, on procédera à son chargement.

Le déneigement du réseau cyclable sur le Plateau-Mont-Royal devrait coûter entre 80 000 $ et 100 000 $, a indiqué M. Ferrandez.

Les portions non déneigées ne seront donc pas considérées comme étant « ouvertes » à la circulation cyclable, pour des raisons de sécurité.

Au moment de publier ces lignes, le journal Le Plateau n’avait pas réussi à parler avec un porte-parole de l’organisme Vélo Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!