Ni le vent, ni la neige, ni le verglas ne sont parvenus à décourager les bénévoles des Petits frères des pauvres. Ils étaient près d’une douzaine à s’activer dans les locaux du 4624, rue Garnier, le 10 décembre dernier, malgré la tempête qui rageait, pour préparer les célébrations de Noël.

Depuis près de 50 ans, l’organisme œuvre auprès des aînés esseulés, dont certains ont des problèmes cognitifs. La période des Fêtes en est une particulièrement difficile pour ces personnes qui n’ont ni famille, ni amis vers qui se tourner. Afin qu’elles ne sombrent pas dans l’oubli et l’indifférence, différentes activités sont organisées par les Petits frères.

Chaque année, ceux que l’on appelle les « vieux amis » sont conviés à une somptueuse fête, le 24 décembre. Les aînés qui n’ont pas la santé assez solide pour sortir reçoivent la visite de bénévoles qui viennent passer du temps avec eux. Ceux-ci se présentent à leur résidence, les bras chargés de paquets, de surprises et d’un repas.

« Chez nous, les fêtes se font la journée même. On ne célèbre pas Noël le 15 décembre, mais bien les 24 et 25 décembre. Ce sont ces journées-là que les gens se sentent seuls, et non une semaine avant », insiste Laurier Pedneault, responsable des bénévoles, qui appuie l’organisation depuis près de 27 ans.

Préparer les festivités

Pour que tout soit fin prêt à temps, l’organisme s’attelle à la tâche dès le début du mois de novembre. Non seulement faut-il recruter des bénévoles, il faut également préparer les cadeaux et la nourriture qui seront distribués aux vieux amis.

« Le matin de Noël, on a besoin d’une centaine de chauffeurs-accompagnateurs pour conduire les gens à la salle de réception. On doit faire environ 200 appels, pour en mobiliser suffisamment. On doit aussi faire les jumelages entre nos vieux Amis et les bénévoles », explique Lise Beaudoin, directrice de l’organisation, qui indique cependant ne pas avoir de difficulté à trouver les bénévoles.

À ce nombre, s’ajoutent une cinquantaine de personnes qui s’affairent, tout au long du mois de décembre, à confectionner des cartes de souhaits, à emballer des cadeaux et à préparer les paquets repas.

Siffler en travaillant

Lors du passage du journal Le Plateau, les bénévoles amorçaient le dernier droit des préparatifs. Malgré l’échéancier serré, l’ambiance était joviale et détendue. Les volontaires chantaient et riaient dans la salle commune ainsi que dans les cuisines, tout en travaillant telles de petites abeilles.

Accompagnée de son mari, Nicole Choquette œuvre depuis 20 ans à titre de bénévole auprès des Petits frères des pauvres. Chez elle, l’entraide est une affaire de famille, car son fils et sa petite-fille sont également très engagés dans le milieu communautaire. Elle déplore que les jeunes, en général, ne s’investissent pas suffisamment dans leur communauté.

« On revient année après année, parce que ça fait plaisir aux vieux amis, et parce qu’on les aime. On se dit qu’un jour, ce sera peut-être notre tour d’avoir besoin des Petits frères. Je suis bien entourée et j’ai ma famille, mais si ce n’était pas le cas, j’aimerais être un vieil ami, car je vois comment on en prend soin », souligne Mme Choquette, qui se rend deux à trois fois par semaine au 4624, rue Garnier.

Pour sa part, Lise Couture fait du bénévolat de façon ponctuelle, notamment à l’approche de la période des Fêtes, où elle entend consacrer quelques après-midis à l’organisme.

« Je viens ici parce que c’est l’fun, que le projet en vaut la peine et que je fais des tâches qui me plaisent. Ça m’a permis de renouer avec des bénévoles que je connais », indique celle qui a longtemps travaillé dans le milieu communautaire.

Aucun effort n’est ménagé pour offrir des célébrations grandioses aux aînés.

« On dit toujours aux vieux amis, lorsqu’ils arrivent ici, que nous serons auprès d’eux pour toujours. Année après année, on essaie de se surpasser, car on sait très bien que pour certains, il s’agira de leur dernier Noël », conclut Mme Beaudoin.

Noël aux Petits frères des pauvres, en chiffres

Préparer une fête de Noël pour les 438 « vieux amis », ce n’est pas une mince affaire! Voici un aperçu de ce que ça représente en termes d’effectifs et de travail :

– 100 chauffeurs-accompagnateurs

– Une cinquantaine de bénévoles qui font les préparatifs tout au long du mois de décembre

– Une cinquantaine de bénévoles qui effectuent les visites des 24 et 25 décembre

– Préparation d’environ 120 repas (soupe aux légumes, tourtière individuelle, dinde et ragoût)

– Préparation de dizaines de kilos de fudge

– Décoration de 120 sacs pour transporter les repas

– Emballage de près de 500 cadeaux

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!