Exposition «Impromptu»

Le Centre d’apprentissage parallèle de Montréal (CAP) (4865, boulevard Saint-Laurent), invite la communauté à une exposition bénéfice présentant les œuvres de son fondateur Yvon Lamy. Tout au long du mois de mai, les visiteurs pourront apprécier sa démarche qui s’appuie sur les fonctions de la sensation et de l’intuition en faisant appel à la spontanéité du geste ainsi qu’à l’exploration des textures pour évoquer des références à la nature et exprimer l’émotion dans la sensation.

Bachelier en éducation par l’art en 1983 et détenteur d’une maîtrise en art thérapie en 1986 il a participé à l’implantation et au développement du CAP, organisme en santé mentale qui vient de fêter vingt huit ans de collaboration dans le réseau des services dans le domaine de la santé.

Droldoizo

Tout au long de l’été, Damien Lemée présentera ses « droldoizos », des sculptures réalisées à partir de pneus recyclés, dans son atelier situé au 4654, avenue Papineau.

L’artiste d’origine française souhaite, par l’entremise de ses œuvres, sensibiliser la population à la gestion des déchets et aux problèmes sanitaires qui y sont reliés. Dans les dépotoirs des pays d’Amérique latine, lors de la saison des pluies, l’eau s’accumule dans les vieux pneus. Cette eau stagnante devient un lieu propice à la propagation des moustiques, et des maladies qu’ils véhiculent. L’artiste travaille donc à la mise sur pied d’un projet de récupération de pneus pour des fins artistiques au Honduras.

Le vernissage se tiendra le 3 mai, à 17 h,

Pour information et connaître l’horaire de l’exposition: 514 728-0421

Joven y alocada

Le film Joven y Alocada, de la réalisatrice chilienne Marialy Rivas, sera présenté au cinéma du Parc (3575, avenue du Parc), dès le 27 avril.

Le film raconte l’histoire de Daniela, une jeune adolescente qui a grandit au sein d’une famille évangélique stricte de Santiago au Chili. Elle éprouve une pulsion sexuelle brûlante, difficile à concilier avec sa religion. Sans exutoire face à ses envies, elle décide de se plonger dans l’écriture d’un blogue axé sur la découverte et le partage de sa vie sexuelle.

Le blogue devient vite populaire et trouve refuge au sein d’un réseau d’adolescents branchés tout aussi excités qu’elle par le même sujet. Daniela continue d’aller à l’église malgré la menace parentale tout en décrivant avec détail sa vie sexuelle en ligne et tout en priant : « Dieu, faîtes que maman ne tape pas youngandwild.blogspot.com! »

Joven y Alocada met en images un récit éclaté qui témoigne du passage à l’âge adulte d’une jeune femme refusant de faire des choix qui limitent son plaisir.

40 ans de tapisseries inuit

Afin de marquer le 40e anniversaire de la première exposition de tapisseries de Pangnirtung, la Guilde canadienne des métiers d’arts (1460-B, rue Sherbrooke Ouest) propose de faire un voyage à travers quatre décennies de création. Cette rétrospective met en lumière l’évolution de cet art à travers une trentaine de tapisseries dont certaines faisaient partie de la première exposition. Afin de témoigner de la vivacité de l’art de la tapisserie, un groupe d’artistes de Pagnirtung viendra pour l’événement et sera présent au vernissage, dont Donald Stuart qui animera une conférence le samedi 28 avril, à 13 h. L’exposition est présentée du mardi au vendredi, de 10 h à 18 h et le samedi, de 10 h à 17 h, du 26 avril au 2 juin.

Concert du printemps du Chœur du plateau

Pour souligner l’arrivée du printemps, le Chœur du Plateau présente un concert à l’église Saint-Denis (454, rue Laurier Est), le 5 mai, à 20 h. Au programme, plusieurs œuvres du répertoire sacré, de la Renaissance jusqu’à aujourd’hui. Les chanteurs seront accompagnés par un quatuor à corde et un piano. Le coût du billet est de 15 $ en prévente et de 20 $ à la porte pour les adultes. Le coût du billet pour les enfants de moins de 12 ans est de 5 $. Pour information : info@choeurduplateau.org ou 514 529-1252.

Girl model

Le cinéma du Parc présentera, dès le 4 mai, le documentaire intrépide Girl Model, de David Redmon et Ashley Sabin, qui aborde la question de l’exploitation des jeunes mannequins.

Le film explore une facette souvent laissée dans l’ombre de l’industrie du glamour, où des enfants qui entrent à peine dans leur adolescence sont arrachées de leurs maisons avec des promesses de gloire pour devenir le standard de beauté que les femmes adultes tenteront ensuite d’imiter. La mannequin-star québécoise Rachel Blais, qui apparaît dans le film, tente présentement de sensibiliser le public aux failles de l’industrie de la mode.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!