L’administration de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal projetait d’imposer une taxe pour ralentir le phénomène de conversion de logements locatifs en condos. Le 18 juin, la Ville de Montréal s’est opposé à cette mesure.

En conférence de presse, Michael Applebaum, président du comité exécutif de la Ville de Montréal, a qualifié cette initiative de « taxe déguisée ».

« Cette semaine, le Plateau-Mont-Royal, géré par Projet Montréal, a décidé d’imposer une taxe déguisée aux nouveaux propriétaires de condominiums. Or, il s’agit de propriétés déjà existantes, avec des gens qui y habitent. C’est totalement inacceptable. C’est pour cette raison que j’ai décidé de refuser le dossier », a indiqué M. Applebaum.

Selon lui, cette mesure serait un frein à l’accession à la propriété, empêchant des locataires de convertir leur logement en condo. Il estime que pour une habitation d’une valeur de 400 000 $, la taxe serait de 8000 $.

« Si on veut inclure ce montant à l’hypothèque, ça va représenter environ 600 $ par année pendant 25 ans. On refuse de laisser le Plateau taxer les nouveaux propriétaires qui veulent rester à Montréal pour les forcer à quitter et à s’installer en banlieue. Notre objectif est d’encourager les gens à venir s’installer à Montréal », fait-il valoir.

M. Applebaum affirme que des règlements pour empêcher la conversion de logements en condos existent déjà et relèvent de la Régie du logement.

Éviter les évictions de logements locatifs

Le maire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, croit que M. Applebaum « est complètement à côté de la plaque ».

« C’en est à se demander si M. Applebaum est intervenu à titre de président du comité exécutif ou comme lobbyiste pour les promoteurs et les agents immobiliers. Le problème du Plateau en est un d’éviction des locataires. On en compte 600 par année, par des gens qui ont trouvé le truc pour convertir des logements en simili-condos. Comme il y a un moratoire, ils passent par la copropriété divise. Des familles qui payaient 500 $ par mois se font mettre à la porte et ne savent plus où aller », argue-t-il, précisant que le but avoué de son projet de règlement est de ralentir la gentrification du quartier.

Pour sa part, M. Ferrandez évalue le coût de la taxe à 1500 $ pour les propriétaires d’un condo dont la valeur oscille entre 325 000 $ et 400 000 $. Celle-ci est calculée en fonction de la valeur terrain, qui lui, accueille plusieurs condos (d’où la disparité avec le montant avancé par M. Applebaum).

« Si M. Applebaum croit que l’accès à la propriété passe par des condos de 1000 pieds carrés à 400 000 $, c’est qu’il n’a pas compris quelque chose. Ce sont des gens qui achètent des immeubles à répétition, qui évincent les locataires, qui transforment ça en condos déguisés et qui vendent ça à gros prix sur le marché », défend M. Ferrandez.

À savoir si la taxe permettra réellement de freiner les spéculateurs immobiliers, M. Ferrandez soutient qu’à tout le moins, celle-ci permettra de générer de l’argent pour financer la revitalisation des 57 parcs du Plateau-Mont-Royal. À la suite de la rebuffade de la Ville-centre, le maire du Plateau annonce « qu’il va étudier ses options » pour aller de l’avant avec son projet.

Le projet en bref

Le projet visait à imposer une taxe de 10 %, calculée en fonction de la valeur du terrain, aux propriétaires souhaitant convertir leurs logements en condos. L’argent amassé serait versé à un fonds Parcs, servant à financer la réfection et le réaménagement de parcs et d’espaces verts.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!